×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Une affaire de viol secoue les réseaux sociaux

Par L'Economiste | Edition N°:4084 Le 29/07/2013 | Partager
Deux jeunes filles abusées ont décidé de briser le silence
Société civile et internautes mobilisés
Audience le 5 août à la Cour d’appel de Rabat

Une affaire de viol sur mineures a mobilisé les internautes marocains qui dénoncent une «normalisation» des agressions sexuelles

Il y a des jours où l’euphorie se transforme en cauchemar. C’est l’histoire de Jihane et Hiba, deux jeunes filles voulant fêter l’obtention de leur baccalauréat.
Nous sommes à Rabat la nuit du 4 au 5 juillet. L’une des deux filles, Hiba, rapporte sur son blog: «Mon amie et moi voulions fêter notre réussite, et l’un des deux agresseurs qui est un ami à Jihane, et que je ne connaissais pas, lui a proposé de nous conduire là où on avait l’intention d’aller retrouver nos amis […] On a tourné en rond à travers Rabat, et ils ont invoqué une multitude de raisons pour justifier ces déplacements qui n’étaient pas au programme. Les filles sont conduites dans un coin à Bir Kacem, (un des quartiers chics de Rabat).
La suite, elles s’en doutaient. Au début, c’étaient les insultes, puis vinrent les coups et enfin les attouchements et la tentative de viol. «Ils nous ont battues à coup de bâton de fer, menacées à l’arme blanche. Et après, l’un deux a agressé mon amie Jihane. En tentant de lui venir en aide, je me suis alors attiré la foudre des agresseurs qui, tout en alternant violence verbale et agression physique et atteinte à la pudeur, m’ont à tour de rôle obligée à faire des choses qui touchent à ma dignité, ils ont abusé de mon corps, m’ont touchée ici et là avec agressivité, obligé à les embrasser, à les toucher... Ils m’ont souillé la peau». Une semaine après ce drame, la mère de Jihane porte plainte. Quelques jours plus tard, elle crée une page sur le réseau social facebook, car «le combat que j’ai mené seule est trop lourd pour mes frêles épaules», témoigne-t-elle. En effet, la mère de la victime craint le népotisme et veut donner à l’affaire une dimension sociétale. Les accusés, qui ont reconnu les faits devant la Cour d’appel de Rabat, se sont prévalus, aux dires de l’accusation, d’être des «fils de» lors de l’agression, et «qu’ils pouvaient échapper à la justice». En une semaine, la page Facebook compte 10.000 membres, et la mobilisation de la société civile a été largement perceptible lors de l’audience du mercredi 24 juillet. Les 2 accusés ont été mis en détention préventive et seront poursuivis pour viol avec préméditation et tentative de meurtre sur mineurs. La prochaine audience est prévue le 5 août 2013.


Abdessamad NAIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc