×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Des nouvelles pour relancer l’écriture francophone

    Par L'Economiste | Edition N°:4084 Le 29/07/2013 | Partager
    «Nouvelles marocaines 2013» publié chez Casa Express
    17 jeunes auteurs y racontent leur Maroc

    Le recueil «Nouvelles marocaines 2013» est désormais disponible en librairie à 100 DH

    Après «Les Cinq gardiens de la Parole perdue» de l’auteur Elmehdi Elkourti, une sorte de «Da Vinci Code» à la marocaine, Casa Express a publié récemment son dixième livre. La maison d’édition, qui a fêté son premier anniversaire en mars dernier, vient de publier le recueil «Nouvelles marocaines 2013», disponible dès à présent en librairie au prix de 100 DH. L’ouvrage sera d’ailleurs publié prochainement en France.
    «Nouvelles marocaines» réunit les œuvres de 17 jeunes auteurs de différents horizons. De 14 à 48 ans, ces écrivains en herbe offrent au lecteur un ensemble de nouvelles très différentes de par leur style et les thématiques choisies par chacun.
    Cependant, celles-ci sont reliées avant tout par leur marocanité et la façon que chacun des auteurs  de raconter son Maroc. Karim Boukhari, l’un des fondateurs de cette nouvelle maison d’édition, nous invite dans son introduction  à la lecture et au voyage à travers ces différentes conceptions du Maroc contemporain: «Plus qu’une compilation, c’est à un véritable laboratoire d’idées, de styles et de tendances que l’on vous invite. (…) toutes vous ouvriront les bras pour une balade et un bout de chemin ensemble sans prétention, entre amis».
    L’amour est très présent dans ce recueil, autant d’histoires drôles, parfois tragiques qui traversent une vie. La misère et les frustrations du quotidien trouvent aussi leur compte dans ce recueil de nouvelles. L’on peut également y lire l’intrusion de nouveaux éléments qui ont fait leur apparition dans le quotidien des auteurs, comme le tramway de Casablanca, par exemple. Ce recueil de nouvelles est «appelé à devenir périodique et a le mérite d’offrir à de jeunes auteurs d’horizons divers et éloignés des cénacles littéraires et diplomatiques, l’occasion d’exprimer, en toute liberté et pluralisme, ce qu’est le Maroc contemporain», d’après l’ancien directeur de l’Institut français de Casablanca, Patrice Armengau.
    La francophonie peut être considérée comme un patrimoine à préserver au Maroc. Et la bataille est nécessaire en cette période où l’anglais règne en maître. Toutes les offensives culturelles sont bonnes. Par le chant, le cinéma, l’écriture… le français continue à se battre pour exister sur le territoire marocain. La parution de ce recueil de nouvelles et toute l’aventure la précédant faisant partie de ces offensives. En espérant stimuler la relève de l’écriture francophone au Maroc.
    Casa Express a ainsi lancé un appel sur les réseaux sociaux pour faire paraître cet ouvrage de nouvelles qui sera désormais annuel comme l’on peut lire dans l’avant-propos. Celui-ci fait écho à «Nouvelles du Maroc», un recueil publié en 2011 dans les éditions Magellan & Compagnie  à Paris dont le principe de base consistait à présenter un panel d’écrivains marocains, ainsi qu’à un ouvrage plus ancien, édité chez Paris Méditerranée en 1998: «Des nouvelles du Maroc».


    Sanaa EDDAÏF

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc