×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Competences & rh

    «Nos chauffeurs sont confrontés aux agressions»

    Par L'Economiste | Edition N°:4084 Le 29/07/2013 | Partager
    Comment gérer des situations de conflits
    Des psychologues à l’écoute des collaborateurs

    Moulay Youssef El Ouedghiri Idrissi, directeur du capital humain de M’dina bus: «Le taux du turnover est en recul et la tendance est aujourd’hui en amélioration, notamment chez les conducteurs, receveurs, contrôleurs et animateurs des lignes qui ont bénéficié de la formation»

    - L’Economiste: Comment vous est venue l’idée de former vos chauffeurs à la gestion du stress?
    - Moulay Youssef El Ouedghiri Idrissi: Nous avons récemment constaté la recrudescence des cas d’agressions sur le réseau ainsi que certains signes précurseurs de mal-être de nos collaborateurs. Plusieurs conducteurs, receveurs, contrôleurs et animateurs refusaient de servir certaines lignes et le taux des absences injustifiées ou pour maladie augmentait considérablement. Suite également aux nombreux incidents liés aux risques psychosociaux au travail survenus aussi bien au niveau international que national, M’dina bus, société citoyenne, responsable et engagée vis-à-vis de ses collaborateurs et ses clients, a été sensible à ces risques et à cette responsabilité. C’est ainsi que nous avons décidé de prévenir plutôt que de guérir et de lancer une formation continue à la gestion du stress.

    - Sur quoi porte exactement cette formation?
    - L’opération de formation en accompagnement anti-stress a démarré en octobre 2012 et concerne tous les collaborateurs sur le réseau, notamment les conducteurs urbains, receveurs, contrôleurs et animateurs des lignes. Cette catégorie de travailleurs est confrontée chaque jour à divers risques et est appelée à gérer des situations de conflits. La formation porte, dans un premier temps, sur l’accompagnement individuel en cas d’agression ou d’accident corporel grave ou mortel. Une séance systématique aidera ainsi la victime à surmonter l’événement et détecter tout besoin éventuel d’accompagnement approfondi. L’accompagnement collectif se fait à travers des actions préventives, visant à soutenir le personnel directement exposé au stress de l’environnement d’exploitation, tout en travaillant aussi le côté motivation.

    - Avez-vous constaté un changement quelconque suite aux séances?
    - De par la nature de l’opération, il est encore tôt pour dresser un bilan définitif. Néanmoins, les évaluations à chauds encouragent fortement de poursuivre les formations, voire d’étendre l’expérience. En effet, les sondages «indirects», effectués par les experts psychologiques animant les séances, montrent que les employés sont de plus en plus motivés. Une nouvelle perception de la hiérarchie commence aussi à s’installer. Un autre indicateur et non pas des moindres: la chute du taux du turnover de 50% en 2011 à près de 10% en 2012. Aujourd’hui, la tendance est en amélioration, notamment chez les collaborateurs confrontés au risque et bénéficiant de la formation.


    Propos recueillis par Bouchra SABIB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc