×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Régions

Agadir: Forte chute de l’investissement

Par L'Economiste | Edition N°:4084 Le 29/07/2013 | Partager
Une baisse de 90% selon les chiffres du CRI
Près d’une vingtaine de projets en difficulté dans la région

LA conjoncture économique internationale est difficile et Agadir n’échappe pas à la crise. Cela se ressent véritablement au niveau de l’investissement dans la région. En effet, le montant des engagements recensés par le Centre régional d’investissement du Souss-Massa-Drâa (CRI SMD), au premier semestre 2013, montre un net recul en la matière. Il ressort du dernier bilan de l’entité que le montant d’investissement global des dossiers validés à fin juin est de l’ordre de 1,93 milliard de DH. Et ce à travers 343 projets porteurs de 5.306 emplois. Lors du premier semestre 2012, le montant global des investissements atteignait 15,74 milliards de DH à travers 125 projets validés créateurs de 43.538 emplois. La baisse de  près de 90% est donc plus que significative. Il faut souligner, certes, que l’an dernier le projet de Taghazout, enregistré parmi les dossiers validés a plus que dopé les chiffres de l’établissement. Ce sont aussi les projets touristiques qui prédominent encore dans les dossiers validés le semestre dernier par le CRI Souss-Massa-Drâa. Le secteur du tourisme représente 39% des montants d’investissements engagés.
Parmi les gros projets au programme figure celui de la société Vocation loisirs pour la réalisation sur le terrain de l’ancien hôtel Salam, d’un établissement d’hébergement haut de gamme de 308 chambres et 20 suites en plus d’une résidence immobilière de promotion touristique (Ript) de 94 appartements et 4 duplex. Le projet devrait comporter également 27 commerces et 3 restaurants pour un montant global d’investissement de 365 millions de DH avec à la clé 738 emplois. C’est à Mirleft qu’est prévu un autre projet touristique. Porté par la société ‘’Les Domaines d’or Invest’’, l’investissement d’une valeur de 125 millions de DH consiste en un hôtel de 30 lodges et d’une ript de 51 villas et 40 duplex avec à la clé 380 emplois. Si ces deux projets aux côtés de celui de Taghazout permettront de consolider et diversifier à terme la capacité litière de la destination, Agadir est encore marquée par plusieurs chantiers en rade depuis des années sur la zone hôtelière du Founty. Parmi eux le projet de l’hôtel Kempinsky. Le dossier d’aménagement du pôle d’animation du Founty n’avance pas beaucoup aussi. Les plans présentés par le promoteur du projet ont été rejetés pour la deuxième fois par la Commission des grands projets. La question est aussi entièrement posée sur l’état d’avancement du très attendu projet du centre Mégarama comme en ce qui concerne celui du grand parc aquatique prévu à Temsia au Sud d’Agadir.
Ce projet de l’avis de beaucoup d’observateurs, réussirait mieux dans la commune d’Anza. Quid également du dossier Expo-média qui consistait en l’aménagement d’un palais des congrès. Dans la région, ce ne sont pas les seuls dossiers d’investissement qui n’avancent pas. Une vingtaine de projets seraient en difficulté et au point mort depuis bien plus que des mois. Et la conjoncture n’est pas la seule en cause. Il y a lieu vraiment de réagir!

Créations

LA crise se ressent aussi dans la création d’entreprise. On retient également une baisse à ce niveau. Le CRI a instruit 663 demandes de création d’entreprises au cours du semestre dernier contre 746 à la même période l’an dernier. Les difficultés d’installation, l’absence de sites industriels dédiés à la TPE, sans oublier la cherté du foncier d’une manière générale seraient à l’origine de la situation. Le Conseil de la TPE qu’envisage de créer le Conseil régional serait peut-être un moyen pour relancer la machine.

De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc