×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    MRE: Un rush attendu pour l’Aïd

    Par L'Economiste | Edition N°:4084 Le 29/07/2013 | Partager
    Cellule de crise à Algésiras qui craint un blocage du port
    L’effet Ramadan continue à chambouler l’opération MRE

    Du côté d’Algésiras, on ne cache pas les craintes d’un blocage au niveau du port espagnol malgré les préparatifs. Une arrivée importante de MRE sur une courte période risque en effet de saturer les départs et les aires d’attente

    Le mois du Ramadan continue de donner du fil à retordre aux responsables de l’opération retour des Marocains résidant à l’étranger. Dernièrement, les responsables espagnols ont tenu une réunion à Algésiras en vue de se préparer pour l’après-Ramadan, une période qui s’annonce difficile. En effet, les chiffres font état d’une baisse importante des arrivées de MRE aux différents postes-frontières par rapport à l’an dernier, une différence due à l’effet de ce mois particulier. Au total, le nombre de MRE ayant regagné le pays depuis le 15 juin dernier s’élève à près d’un demi-million de personnes, soit une baisse par rapport à 2012 de près de 25%, selon les chiffres des autorités espagnoles.  Et c’est bien un effet du mois de Ramadan, selon ces derniers, qui oblige les MRE et, en général, les voyageurs à avancer ou retarder leurs déplacements au Maroc. De ce fait, il est attendu un rush dès les premiers jours de l’Aid qui devrait se célébrer le 8 août prochain, une des dates noires prévues lors du lancement de l’opération MRE en juin dernier.
    Du côté d’Algésiras, on ne cache pas les craintes d’un blocage au niveau du port espagnol malgré les préparatifs. Une arrivée importante de MRE sur une courte période risque en effet de saturer les départs et les aires d’attente. Même si, actuellement, l’achat des billets est devenu plus facile, la plupart des compagnies ayant mis en place une procédure de réservation sur Internet. Mais il ne faut pas écarter le fait que les responsables puissent dans ce cas procéder à la mise en place d’un système d’échange des billets entre compagnies. L’objectif est de fluidifier le passage en autorisant les voyageurs à embarquer dans le premier bateau disponible, quel que soit leur billet.
    Une autre date crainte est celle qui coïncidera avec le premier week-end du mois d’août où, habituellement, les flux entrants et sortants de MRE se croisent. A l’exception de l’Aid, le mois d’août devrait se poursuivre relativement bien jusqu’au dernier week-end du mois où l’on enregistre à nouveau un pic, mais dans le sens inverse, celui du retour des MRE en Europe.


    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc