×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Régions

Casablanca renonce à ses futurs tramways?

Par L'Economiste | Edition N°:4083 Le 26/07/2013 | Partager
Il s’agit de trois lignes projetées en 2007
La ville lance aujourd’hui une étude de faisabilité du BHNS
Objectif: minimiser les coûts de réalisation

Le Plan de déplacement urbain (PDU) de Casablanca, élaboré en 2007, n’avait pas prévu de BHNS. Seules une ligne de RER, une ligne de métro et 4 lignes de tramway avaient été programmées

Tram ou BHNS ? Casablanca hésite entre ces deux modes de transport. La décision sera dévoilée dans au moins six mois. Le temps d’étudier la faisabilité de la mise en place du réseau de Bus à haut à niveau de service (BHNS).
La société Casa Transport vient de lancer l’appel d’offres relatif à cette étude. L’objectif est d’examiner l’opportunité ainsi que la faisabilité technico-financière du BHNS sur trois lignes prévues en mode tramway (voir carte). Il s’agit de la ligne 2 (Anoual vers Hay Mohammadi en passant par le boulevard El Fida et la gare routière Ouled Ziane), la ligne 3 (desservant le boulevard Ouled Ziane entre Sidi Othmane et le centre-ville) et la ligne 4 qui est radiale entre les quartiers Sidi Othmane, Sbata et Aïn Chock. La première ligne (31 km), reliant Sidi Moumen à l’est et le quartier des Facultés à l’ouest de la métropole, est opérationnelle depuis déjà sept mois. Les trois lignes non encore réalisées ont été définies initialement en 2007 en mode tramway. Mais, compte tenu des problématiques et difficultés de financement, il s’est avéré impossible de les réaliser sur le court terme. C’est ainsi qu’il a été proposé d’examiner l’éventualité de les concrétiser en mode BHNS. Toutes les options de faisabilité, à savoir le système, le matériel roulant, le mode d’insertion, le coût et les contraintes, seront étudiées. L’idée est de savoir jusqu’à quel niveau le BHNS peut répondre aux objectifs du transport sur les lignes déjà tracées. Une fois les éléments de réponse trouvés, les élus et les autorités compétentes devraient trancher sur le moyen de transport à retenir, en complément de la première ligne du tramway et du métro aérien (prévu le long des boulevards Zerktouni et Mohammed VI et des quartiers Derb Soltane, Sbata, Sidi Othmane et Moulay Rchid).
Un BHNS coûte généralement moins cher qu’un tramway, du moins jusqu’à un certain niveau de trafic. Sa réalisation nécessite 50 millions de DH le kilomètre, contre 210 millions de DH/km pour le tramway. «C’est un système de transport qui a la qualité d’un tramway et peut parfaitement répondre aux objectifs de transport sur les axes envisagés», explique Youssef Draiss, DG de Casa Transport. Notons, toutefois, que le tram est meilleur que le BHNS si l’on considère le côté environnement. Un BHNS est un autobus à moteur thermique, avec une boîte de vitesses, créant ainsi la pollution locale. Il est aussi bruyant et beaucoup moins confortable qu’un tramway. En tout cas, l’objectif de Casa Transport est d’accélérer la réalisation du réseau global de transport en site propre et étoffer ainsi l’offre passant ainsi de 13 à 20% à l’horizon 2020.
Bouchra SABIB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc