×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Marrakech: La Koutoubia fait le plein

Par L'Economiste | Edition N°:4082 Le 25/07/2013 | Partager
70.000 fidèles chaque soir pour l’«Ichaa» et les «Tarawihs»
Un rush est attendu pour les derniers jours de Ramadan
Des bénévoles assurent l’organisation

Chaque soir, des milliers de fidèles se massent sur l’esplanade de la mosquée Koutoubia où officie Wadie Chakir. Une densité qui est aussi due à la fermeture pour rénovation de plusieurs mosquées

COMME chaque Ramadan, la ville de Marrakech baigne dans la spiritualité et l’après ftour est étroitement lié aux mosquées. Et c’est la Koutoubia, composante essentielle du riche patrimoine religieux et civilisationnel de la ville millénaire, qui bat les records d’affluence. Chaque soir, elle accueille des milliers de fidèles en quête de piété et de recueillement. Cette année, en raison de la fermeture de quelques mosquées de quartiers pour rénovation, ils sont quelque 70.000 fidèles qui s’y réunissent durant 2 heures pour la prière de l’«Ichaa» et des «Tarawihs». On s’attend à davantage de personnes, plus de 100.000 prieurs au cours des 10 derniers jours du Ramadan. L’engouement pour la mosquée de la Koutoubia a eu pour effet direct de susciter une grande mobilisation par des bénévoles, et ce, 10 jours avant le Ramadan. Des cellules ont été créées pour assurer l’équipement de la mosquée et son esplanade d’un système de sonorisation, le renforcement de l’éclairage, la multiplication des opérations de nettoyage et de maintenance outre la mise en place d’un petit dispensaire mobile relevant du Croissant-Rouge marocain pour prodiguer les premiers soins aux fidèles en cas de nécessité. Ces bénévoles sont appuyés en cela par l’ensemble des services concernés de la wilaya de Marrakech ainsi que de la délégation régionale des Habous et des Affaires islamiques et les services de la Sûreté. L’équipe de volontaires veille également au bon déroulement des prières de chaque soirée et des sorties des prieurs. La gestion des flux demande de la patience et de l’organisation pour éviter les bousculades et assurer l’ambiance de piété tellement recherchée par les prieurs, explique Samir Sbai, un des bénévoles. Dès les premières heures après la rupture du jeûne, ce sont des milliers de personnes qui commencent à investir l’esplanade de la mosquée ainsi que les différentes zones limitrophes, munies de tapis et de bouteilles d’eau de quoi atténuer les effets de la canicule qui sévit ces derniers temps dans la cité ocre. Certains sacrifient l’heure du ftour et rompent le jeûne sur place pour être aux premiers rangs. Des gens de tout âge et de toute classe, des vieux, des enfants, des femmes… Pour la plupart, c’est l’interprétation par les imams nouvelle génération qui les attire à cette mosquée. Chakir Wadie qui officie à la Koutoubia a une popularité grandissante et ameute les foules autour de la Koutoubia. Pour les fidèles, cet imam a une réelle capacité d’émouvoir les prieurs dans la lecture du Coran, maîtrisant les règles de Tajwid. Sa manière de déclamer le Coran attire même les non musulmans. Depuis le début de Ramandan, 11 personnes dont des touristes se sont en effet converties à l’Islam dans la même mosquée et avec le même imam. Si pour certains la reconversion était dictée par un mariage musulman, pour d’autres, l’effervescence que connaît l’esplanade les a interpellés et ils ont demandé à rencontrer l’imam et se sont convertis à l’Islam en prononçant la «chahada» en présence des prieurs. La mosquée Koutoubia, ou mosquée des libraires, fut construite sous la dynastie berbère des Almoravides en 1120, mais fut profondément remaniée à partir de 1162 sous l’émir almohade Abou Youssef Yaqoub Al-Mansur, et devint l’un des édifices les plus caractéristiques de ce style. D’une superficie totale de 5.300 m2, le bâtiment a été restauré dans l’esprit du monument original en 1990 par le ministère de la Culture.
De notre correspondante,
Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc