×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

L’usage des cartes de crédit encore limité au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:4082 Le 25/07/2013 | Partager

Selon Faissal Khdiri, vice-président et responsable régional MasterCard Afrique du Nord et Afrique subsaharienne, «les solutions sont plus profitables tant pour les émetteurs que pour les acquéreurs»

Quel choix de carte de crédit dans un petit marché, mais où tous les grands players sont présents? Mode d’emploi dans cet entretien, avec Faissal Khdiri, vice-président et responsable régional MasterCard Afrique du Nord et Afrique subsaharienne.

- L’Economiste: Comment MasterCard accueille l’arrivée sur le marché de Barid Bank et M2M qui vient de recevoir l’agrément?
- Faissal Khdiri: Nous sommes ravis de ces progrès qu’enregistre le Maroc et de l’extension du réseau des points d’acceptation de carte. Ce qui apportera des avantages considérables à toutes les parties prenantes, titulaires de cartes, émetteurs et acquéreurs. Il faut noter cependant que l’indice de confiance des consommateurs que produit MasterCard a mis en évidence récemment que la confiance des consommateurs est très élevée au Maroc. Il y a de belles perspectives positives et des nombreuses opportunités d’affaires qui renforcent l’attractivité du marché.

- Quelles solutions pour dynamiser le paiement par carte de crédit?
- Il faut donner au consommateur plus de choix de cartes de crédit, qui réponde au mieux à leurs besoins.
En tant que leader et innovateur dans le secteur, nous pensons qu’il est de notre responsabilité de nous assurer que plus de gens aient l’opportunité de participer de façon active à l’économie mondiale.
Les consommateurs doivent être suffisamment formés et informés de l’utilisation des cartes de crédit pour pouvoir gérer en toute sécurité et de façon responsable leurs transactions. MasterCard a collaboré avec des organisations telles que Injaz Al Maghreb au Maroc afin de promouvoir davantage l’éducation financière dans la région. Le programme It’s My Business présente l’esprit d’entreprise à de jeunes lycéens à travers des sessions et des matériaux innovants. Il propose des jeux pour les jeunes qui présentent des exemples locaux et régionaux de réussite d’entrepreneurs et explique comment ils ont réussi à lancer leur propre entreprise.

- Comment évolue le marché des cartes de crédit au Maroc?
- Les programmes de cartes de crédit sont actuellement très limités au Maroc en comparaison avec d’autres marchés similaires tels que l’Egypte. La plupart des cartes de paiement y sont des cartes de débit, reliées à un compte bancaire. Nous pensons qu’il y a là une réelle opportunité pour développer davantage des programmes de cartes de crédit renouvelables au Maroc, tant que la promotion et la communication autour de ces offres seront correctement réalisées. De tels programmes stimuleront davantage l’économie en contribuant à une consommation accrue. La segmentation par cartes de crédit est très populaire dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique car c’est un moyen très utile permettant d’atteindre une base de consommateurs diversifiée. La segmentation par cartes cible différents types de consommateurs dans les différentes catégories et propose des cartes de paiement telles que les cartes haut de gamme, cartes de débit, cartes conformes à la Charia, cartes mode de vie et cartes d’entreprise. MasterCard s’efforce également en permanence de soutenir ses banques clientes grâce à des solutions de paiement innovantes à l’instar de la puce EMV et des solutions de paiement sans contact comme MasterCard PayPass.

- Est-ce que une bonne carte de crédit est liée à un bon compte bancaire?
- Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise carte de crédit, mais plutôt une carte adaptée ou non aux besoins de son détenteur. Dans le paysage concurrentiel actuel, les offres de cartes innovantes peuvent être le facteur clé de différenciation ou le principal attrait pour les consommateurs, et peuvent souvent attirer les consommateurs vers une banque ou un type de compte. Nous continuons de travailler avec les institutions financières clientes pour encourager encore plus l’utilisation des cartes de paiement au lieu de l’argent liquide.

- Que faites-vous pour juguler l’impact de la faible bancarisation?
- Nos innovations de paiement, ainsi que nos programmes philanthropiques et d’éducation des consommateurs mettent à profit la finance pour les populations non bancarisées et sous-bancarisées. Avec 80% de la population (soit 362 millions de personnes), adulte africaine financièrement non desservie ou qui n’ont pas accès aux produits bancaires, MasterCard voit l’inclusion financière comme une voie clé pour réduire la pauvreté des pays développés et des pays en développement. Nous avons lancé des initiatives en Afrique pour promouvoir davantage l’inclusion financière en tirant partie de la technologie de paiement.
Propos recueillis par B. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]omiste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc