×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Culture

    Livres: «Le Royaume des idées» est lancé

    Par L'Economiste | Edition N°:4081 Le 24/07/2013 | Partager
    Une nouvelle collection chez La Croisée des Chemins
    Des «textes courts mais denses» invitant au débat citoyen

    LE Maroc, un Royaume des idées? Voici le défi que se lance la maison d’édition La Croisée des Chemins qui présente une nouvelle collection de livres en partenariat avec l’Institut français de Casablanca. «Le Royaume des idées» est né d’une envie ou d’une «boutade» pour reprendre les termes du politologue et philosophe Driss C. Jaydane qui ouvre le bal avec son essai «Parole ouverte», paru en mars dernier. «Nous avons voulu, aussi, et probablement plus que tout, défier l’idée, certes belle, d’un régime politique unique des idées -au sens antique et moderne- et rappeler à ce dernier que leur royaume, de tout temps, fut de ce monde… », écrit-il.
    Cette collection se composera, comme l’on peut lire en prologue de « paroles d’intellectuels (…) de femmes et d’hommes engagés dans le monde des idées, à l’heure où notre pays vit une mutation profonde, tant culturelle que sociale et politique».
    Le concept consiste à donner la parole à des écrivains, journalistes, philosophes… dans le but d’ouvrir le débat sur des questions contemporaines. «Au Royaume des idées, place à la diversité -essais, conversations, dialogues, contradictions, monologues, soliloques, journaux intimes, poèmes scientifiques, rationalité versifiée…», peut-on lire en première partie de l’ouvrage de Driss Jaydane. «Parole ouverte» est le livre d’un indigné. L’on peut ressentir dès les premières pages de cet essai de la colère, de cette colère structurée qui appelle au changement. L’auteur s’indigne ainsi contre la toute-puissance de la finance qu’il qualifie de «monstre», ne serait-ce que par la perception que l’on en a et la façon dont on en parle. Une colère motivée par le manque d’indignation justement ou encore par les inégalités flagrantes, la hiérarchisation des langues qui creuse encore plus ces inégalités… Jaydane dénonce dans ce livre l’absence d’intérêt pour la culture, pour la littérature, et ce, qu’importe le milieu duquel l’on est issu.
    Cependant, il ne faut pas se méprendre. Ce livre regorge d’optimisme et d’espoir. L’espérance d’une prise de conscience et d’un changement. «Et si le Printemps arabe était devant nous, plus qu’il n’est pour certains observateurs déçus, ou cyniques, derrière?» L’indignation n’étant pas plus, mais pas moins non plus, qu’«une part essentielle de notre liberté». En avant-première, les titres des prochains ouvrages à paraître dans cette collection avant la fin de l’année: «Monde arabe et pensée universelle» de Abdeslam Cheddadi qui sera suivi d’«Errances critiques» du journaliste Driss Ksikes. L’éditeur Abdelkader Retnani dévoile également quelques noms d’écrivains qui publieront prochainement dans cette collection. Le politologue Mohammed Tozi et l’universitaire Abderrahmane Lakhssassi seront également les sujets de ce Royaume des idées.

    Une arène citoyenne

    LE principe de cette nouvelle collection est d’accompagner la publication de ces textes de trois jours de rencontre avec le public. « Nous avons voulu que la rencontre se fasse en trois jours pour donner le temps à tous d’apprécier cette réflexion que nous voulons mener et insuffler. Le premier jour, les gens viendront sûrement par simple curiosité. Ils liront peut-être le livre et participeront ainsi à la dernière journée de débat avec plus de matière à réflexion», explique l’éditeur Abdelkader Retnani. «Cette collection, c’est un peu notre cheval de bataille. Nous allons essayer d’organiser des rencontres un peu partout au Maroc et pas seulement dans l’axe Casablanca-Rabat».

    Sanaa EDDAÏF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc