×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Souss/Formation professionnelle
    Pas assez d’offres dans la région

    Par L'Economiste | Edition N°:4081 Le 24/07/2013 | Partager
    22.000 places pédagogiques dans les établissements de l’OFPPT
    L’industrie et l’hôtellerie, parmi les secteurs les plus nantis
    Douze établissements additionnels en projet pour répondre à la demande

    DEUXIÈME pôle économique, le Souss est un vivier d’emplois en raison de quatre secteurs économiques clés. En effet, la région abrite outre le tourisme et l’agriculture, les activités de l’agroalimentaire et la pêche. Ce sont ainsi toutes des filières porteuses de milliers d’emplois et demandeuses de plus en plus de main-d’œuvre qualifiée et opérationnelle. Selon les chefs d’entreprise, sur le marché de l’emploi, les diplômés des centres de formation professionnelle sont de plus en plus très demandés. Le taux  d’insertion des établissements de l’OFPPT dans la région est entre 75 à 100%, est-il indiqué. L’offre en places pédagogiques reste cependant insuffisante, en deçà des potentialités économiques de la zone. Et ce  malgré une grande évolution en près de dix ans estimée à 375%. Aujourd’hui, le nombre de stagiaires est de 22.098 contre 5.862 en 2004. C’est ce qui a été avancé lors d’une rencontre entre les représentants régionaux de l’OFPPT et ceux de  la CGEM Souss-Massa Drâa.
    Les deux entités tentent de se rapprocher pour mieux coller aux besoins du tissu économique et plus précisément définir ensemble le besoin en compétences locales.
    Pour l’heure, Agadir, en raison de sa qualité de chef lieu de la région, est la localité la plus étoffée en offre de formation professionnalisante. Les établissements de l’OFPPT dans la région accueillent en effet 49% des stagiaires inscrits. Ouarzazate et Taroudant ne dépassent pas pour leur part respectivement 10%. En termes de répartition de stagiaires par secteur d’activité, c’est l’industrie qui dispose de plus de places pédagogiques avec 23% de l’offre totale, est-il indiqué. Le secteur de l’hôtellerie, vu la vocation touristique de la région, dispose de 21% de l’offre pédagogique. Cependant les jeunes délaissent de plus en plus cette filière qui, de leur avis, est marquée par le chômage actuellement en raison de la crise. La filière hôtelière a aussi pour réputation dans le milieu des jeunes d’offrir des emplois pas bien rémunérés. Aussi beaucoup de jeunes la fuient aujourd’hui alors que le secteur manque de compétences.
    Pour répondre à la demande et accompagner le développement de l’activité économique régionale, la direction régionale de l’OFPPT annonce plusieurs projets de création d’établissements à court et moyen terme. Au total, il est question d’implanter à travers le Souss-Massa-Drâa douze nouveaux établissements sans compter l’extension de ceux existants. Il est question de renforcer comme de diversifier l’offre en formation pour accompagner les nouvelles niches de la région telles que la filière des énergies renouvelables.
    Pour la prochaine rentrée 2013-2014, ce sont déjà cinq nouveaux établissements qui sont au programme.

    Convention

    IL était aussi question de contrats spéciaux de formation lors de la rencontre entre les représentants de la CGEM Souss-Massa-Drâa (SMD) et ceux de l’OFPPT. En la matière, il ressort que plus de 95% du tissu économique ne profite pas de ce dispositif. Pour changer la donne, les deux entités ont conclu une convention. L’objectif est de développer ensemble l’offre de formation professionnelle, initiale et continue, adaptée aux besoins des entreprises de la région Souss-Massa-Drâa. Il s’agit aussi d’accompagner la CGEM SMD dans l’élaboration et la mise en œuvre de ses plans de formation continue et participer à leur réalisation. Mais également de faciliter l’insertion des jeunes diplômés et leur formation pratique en mode alternée en entreprise.

    De notre correspondante,
    Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc