×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
Competences & rh

Des jeux vidéo pour se faire recruter

Par L'Economiste | Edition N°:4080 Le 23/07/2013 | Partager
Une technique mêlant plaisir et authenticité
Objectif : accroître le nombre de candidatures de qualité
Une stratégie trop coûteuse pour l’entreprise

Le recrutainment est une technique de communication en ressources humaines intégrant la notion de jeu au niveau d’une campagne de recrutement. La stratégie peut prendre la forme de spots vidéo et de jeux sur internet

L’ère du recrutement «classique» pourrait bien changer de cap dans un futur proche. En effet, les recruteurs font de plus en plus appel à des méthodes plus originales et recherchées dans ce domaine afin de se démarquer de leurs concurrents. La dernière en date, appelée recrutainment, mêle à la fois jeu, psychologie et authenticité.
En quoi consiste concrètement cette nouvelle tendance qui monte à petit feu dans les pays développés ? Quels sont ses avantages et ses faiblesses ?
Le recrutainment se définit comme étant une technique de communication en ressources humaines consistant à rendre ludique et conviviale une campagne de recrutement ou de recherche de talents. Une stratégie utilisée avant tout selon Serge Henandez, DG du site d’emploi Be4job.com et consultant senior à RH Performance, par les grandes entreprises européennes et américaines ayant la capacité de se doter de moyens coûteux afin de mettre la main sur les meilleurs profils.
On dénombre plusieurs cas de figure de recrutainment. La méthode peut ainsi tout d’abord prendre la forme de film animé dont la particularité consiste à placer le candidat en situation, ce qui accroît son attractivité. «Ces spots vidéo s’apparentent à des sortes de jeux de rôle qui rendent le recrutement plus expérientiel et immersif qu’auparavant», confie ainsi le consultant. L’armée de terre française avait ainsi lancé en 2012 une campagne de ce type qui avait coûté plusieurs millions d’euros et dévoilait au public des militaires en situation de combat. Le film en question se terminait par le message «L’armée de terre recrute». Second type de recrutainment, les simulations et jeux en ligne qui permettent de créer des parcours ludiques. Ces derniers prennent le plus souvent la forme de questionnaires de découverte et de connaissance de soi et de la culture d’entreprise ou encore de quizz. «Le candidat est invité à répondre à un QCM. Il aura ainsi le sentiment de participer à un jeu et ne se sentira en aucun cas en situation d’entretien», explique le directeur de Be4job. A travers ces jeux, les responsables RH évaluent, en plus des compétences de l’individu, ses capacités cognitives et managériales. Enfin, le recrutainment s’applique également au niveau des entretiens, qui deviennent plus interactifs et rétroactifs
L’adoption d’une telle démarche permet en premier lieu d’augmenter le nombre de candidatures et de répondre à un besoin de recrutement en masse.  Toutefois, cette méthode nécessite  la mise en place d’une réflexion sur la stratégie et le positionnement de l’entreprise menée le plus souvent par une agence externe. L’intervention de psychomotriciens, de webmasters et de compétences en marketing RH est également nécessaire pour coordonner ces campagnes et assurer ainsi la pérennité du projet. Autre contrainte, une hausse sensible du budget suite à un plus grand nombre de besoins humains et matériels.

Une tendance encore naissante au Maroc

Le recrutainment n’est présent qu’en phase embryonnaire au Maroc. Jusqu’à présent, seul un petit nombre d’entreprises, dont notamment McDonald’s, se sont prêtées au jeu. On se souvient ainsi de la dernière campagne du leader du fast-food américain au Royaume qui était particulièrement attractive. «Cette tendance à recruter par le jeu  n’est pas encore totalement développée au Maroc. Néanmoins, les entreprises s’orientent progressivement vers ce genre de stratégie, mais avec des moyens locaux donc moins importants», explique le DG de Be4job.

Karim AGOUMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc