×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Baccalauréat: Le taux de réussite en recul

Par L'Economiste | Edition N°:4079 Le 22/07/2013 | Partager
51,48% contre 57,31% en 2012
Plus de 194.000 ont décroché le sésame
47.193 étudiants ont réussi lors de la session de rattrapage

FINALEMENT, plus de peur que de mal! Le faible taux de réussite à la première session des examens du baccalauréat (37,9%) laissait présager le pire. Mais la session de rattrapage aura finalement permis de rectifier le tir. Ainsi, le nombre total des candidats ayant réussi les examens du baccalauréat au titre des sessions ordinaire et de rattrapage s’élève à 194.221 sur un total de 377.286 candidats, soit un taux de réussite de 51,48%.
Quelque 47.193 étudiants ont réussi à la session de rattrapage de 2013, soit un taux de 31,63%. Les étudiants réguliers, au nombre de 176.718, représentent 57,3% du taux général de réussite, contre 25,4% pour les candidats libres (17.503).
Ventilé par branche, les statistiques du ministère de l’Education nationale font ressortir un taux de réussite de 57,67% dans les pôles scientifique, mathématique et technique, soit 122.521 candidats, suivis par les banches littéraires où le taux s’est établi à 43,47% (71.644 candidats).
Le nombre des lauréats ayant eu des mentions assez bien, bien ou très bien est de 63.763, soit 32,83% de l’ensemble des candidats. Donc à peine un peu plus de la moitié des  candidats ont réussi à décrocher leur sésame. En effet, ces chiffres restent en deçà des performances enregistrées les années précédentes. Les taux globaux de réussite (les deux sessions comprises) en 2011 et 2012 étaient respectivement de 55,31 et 57,31%.
On est donc bien loin des meilleurs scores de réussite. S’agit-il d’une défaillance du système de l’enseignement ou d’une volonté d’endiguer le flux des étudiants qui s’inscrivent chaque année dans les universités marocaines? Sachant qu’en 2012-2013, les effectifs avaient grimpé de 20%, puisque 8 élèves sur 10 choisissent l’université. Un rush exceptionnel que la tutelle a eu du mal à gérer, même au niveau des cités universitaires où le déficit est passé à près de 33.820 lits.
Rappelons que les examens du baccalauréat ont été encore une fois entachés de cas de fuites et de triche. Ce qui a d’ailleurs suscité l’ire du ministre de l’Education nationale, Mohamed Louafa, qui a accusé une bande organisée d’être derrière ces agissements (www.leconomiste.com). Louafa a mis en garde contre l’évolution des moyens technologiques utilisés dans la triche. C’est ce qui explique d’ailleurs le recours aux agents de sécurité pour garantir le bon déroulement des examens.

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc