×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

Juan Carlos au Maroc: Les enjeux de la visite

Par L'Economiste | Edition N°:4075 Le 16/07/2013 | Partager
Les relations au sommet de l’Etat au service de la relance économique
Un forum d’affaires aujourd’hui en présence d’une trentaine de grands patrons espagnols
Un accord dans l’enseignement supérieur

Lors de cette visite officielle, le Roi Juan Carlos est accompagné d’une importante délégation d’hommes d’affaires, mais également de 9 anciens ministres des Affaires étrangères, pour traduire la continuité des relations entre les deux Royaumes

Les visites du Roi d’Espagne au Maroc sont souvent chargées d’une grande symbolique qui témoigne de la profondeur des relations entre les deux Souverains. Si en 2011 Juan Carlos a choisi de passer 5 jours à Marrakech, juste après les attentats d’Argana, la visite officielle, qui a démarré hier, est la première du Roi d’Espagne après une période de convalescence suite à une intervention chirurgicale subie en mars dernier. La dimension symbolique de ce voyage se traduit également par la qualité de la délégation qui accompagne le Souverain espagnol. Outre 5 membres du gouvernement Mariano Rajoy, Juan Carlos est accompagné de 9 anciens ministres des Affaires étrangères. Parmi eux, figurent des personnalités comme Javier Solana, Miguel Angel Moratinos, Josep Piqué… Dans la délégation espagnole on trouve également des présidents d’universités et d’établissements d’enseignement supérieur. Une rencontre est prévue aujourd’hui, notamment pour la signature d’un accord de partenariat entre les universités marocaines et espagnoles. Parmi ces établissements, une institution prestigieuse de Madrid pourra ouvrir une antenne au Maroc. Cela s’inscrit dans la politique du Royaume d’attirer les plus grandes universités pour s’installer au Maroc, afin de le transformer en véritable hub régional du savoir. L’installation d’établissements espagnols au Maroc pourrait constituer une grande valeur ajoutée, dans la mesure où, selon Alberto José Navarro, ambassadeur d’Espagne au Maroc, les universités ibériques occupent les premières places dans les classements internationaux. Il a fait savoir que beaucoup de familles marocaines, qui optaient pour les Etats-Unis ou la France pour les études supérieures de leurs enfants, préfèrent les inscrire dans des universités espagnoles, notamment à Madrid ou à Barcelone. La proximité géographique joue également un rôle décisif dans ce choix.
Par ailleurs, cette visite officielle du Roi d’Espagne comporte des enjeux éminemment économiques. En ces temps de crise, le voisin ibérique se tourne vers le Maroc pour chercher quelques pistes de relance. D’autant plus que le Maroc offre une série d’opportunités et semble demandeur d’une coopération économique dans un esprit win-win. Outre le marché intérieur, le Maroc peut également constituer un tremplin vers l’Afrique, notamment via une coopération triangulaire, comme cela a été développé avec la France. D’ailleurs, le secrétaire général du patronat espagnol CEOE, (dont une importante délégation accompagne Juan Carlos), a mis l’accent sur les éléments de l’attractivité marocaine. Il s’agit de la «stabilité politique, de la proximité géographique, des réformes engagées et de l’amélioration du climat des affaires». Un programme visant à promouvoir les opportunités d’investissement au Maroc dans différentes régions espagnoles a été mis en place, à travers des missions commerciales marocaines qui ont sillonné les villes ibériques pour les présenter aux hommes d’affaires. Aujourd’hui, près de 1.000 entreprises espagnoles sont actives au Maroc, en grande partie des PME. Les statistiques espagnoles précisent que le Maroc a attiré 52% des investissements ibériques en Afrique. Aujourd’hui, un nouveau forum d’affaires sera organisé en présence des patronats des deux pays, qui ont pris l’habitude de se rencontrer régulièrement depuis quelques années. Mais cette fois-ci, le Roi d’Espagne est accompagné d’une trentaine de patrons de grandes entreprises, dont certaines sont déjà opérationnelles au Maroc. C’est le cas notamment d’Acciona, Inditex, Iberia, Ferrovial, Telefonica, Indra… L’idée est notamment de renforcer la présence des entreprises espagnoles au Maroc, notamment dans le cadre des grands chantiers structurants. D’ailleurs, l’ambassadeur d’Espagne au Maroc, a regretté que les entreprises espagnoles n’aient pas pu être associées à certains projets, comme celui du TGV, où elles disposent d’une grande expertise.

Echanges

Les diplomates espagnoles en poste à Rabat se félicitent de la percée enregistrée par leur pays en termes de renforcement des échanges commerciaux avec le Maroc. En effet, l’Espagne a réussi à détrôner la France et de s’imposer en tant que premier fournisseur et premier client du Maroc, avec près du tiers du commerce extérieur. En effet, les échanges entre le Maroc et l’Espagne ont augmenté de 15% en 2012, par rapport à l’année précédente, avec une progression de 28,7% des exportations en provenance du voisin ibérique.

Mohamed Ali MRABI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc