×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Régions

    Agadir/Tourisme
    Des promotions pour doper l’activité

    Par L'Economiste | Edition N°:4074 Le 15/07/2013 | Partager
    Des baisses de 30 à 40% par rapport au tarif public
    Pas assez d’animation pour séduire le touriste

    La destination aura bien du mal à attirer les touristes tant étrangers que nationaux, si à chaque Ramadan les cafés, restaurants et autres lieux de plaisance baissent leurs rideaux

    HAUTE saison ou pas, la destination touristique d’Agadir n’échappe pas encore une fois aux retombées de la période du Ramadan. «C’est une période un peu compliquée en termes d’activité que nous nous apprêtons à vivre», souligne un hôtelier de la place. Le niveau des réservations, en effet, a tendance à baisser pour ce mois de juillet d’une manière globale dans les établissements d’hébergement de la ville. Certes, il y a des exceptions et certains annoncent qu’ils sont complets jusqu’à septembre mais ils se comptent vraiment sur le bout des doigts. D’une manière générale, la demande est plutôt tassée malgré le vent de reprise qui souffle depuis quelques mois sur l’activité de la station balnéaire. Aujourd’hui, pour doper les ventes et la demande en cette période ramadanesque et estivale, des hôteliers ont mis en place des promos qui se traduisent par des baisses de prix de 30 à 40% par rapport au tarif public. Le maintien de l’activité sur la destination passe aussi par le renforcement de l’animation en cette période. La ville est à chaque mois de Ramadan marquée par des fermetures de restaurants, de cafés et de discothèques et offre un visage trop triste pour le visiteur. Ce n’est guère comme cela que l’on arrivera à développer le tourisme, déplore un hôtelier. Au Conseil régional du tourisme d’Agadir, une commission s’attelle à préparer un programme d’animation étalé sur toute l’année. La clientèle de la station balnéaire est aussi à la recherche d’infrastructures dédiées à l’animation telles que des aquaparcs ou encore des parcs de jeux dont ne dispose pas encore la ville. En effet, depuis des années, la destination continue à vendre ses vieux clichés de mer et soleil loin des nouvelles tendances du tourisme et des attentes des clients. Aujourd’hui, d’ailleurs, les établissements hôteliers qui fonctionnent bien sont ceux qui ont investi dans le produit et tentent de répondre au profil de la clientèle d’Agadir. Dans la station balnéaire, ils sont moins de dix établissements à doper l’activité et profiter du vent de reprise. Au mois de juin dernier, cette tendance s’est confirmée par une augmentation de 8,26% en arrivées et 12,59% en nuitées comparativement à la même période l’an dernier. De l’avis des professionnels, ces chiffres ne reflètent pas cependant la situation réelle de la destination. Les chiffres d’affaires des établissements sont en baisse de 20 à 30% par rapport à une année de référence telle que 2007. On ne le dira jamais assez, la station balnéaire ne pourra aller de l’avant sans la mise à niveau des établissements vétustes. Ce ne sont plus aujourd’hui des lits commercialisables mais plutôt une mauvaise image de la destination.


    De notre correspondante,  Malika ALAMI 

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc