×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Entreprises

Omra: Cercle vicieux ou arnaques?

Par L'Economiste | Edition N°:4074 Le 15/07/2013 | Partager
Plusieurs centaines de pèlerins «en rade»
Les agences autant victimes que les pèlerins
Elles évaluent leurs pertes et espèrent un remboursement côté saoudien

Plus de 6.000 pèlerins marocains (âgés de moins de 50 ans) doivent prendre leur mal en patience et attendre leur tour l’année prochaine

Chaque année, c’est le même scénario. Des pèlerins se font arnaquer par des agences de voyages, dont les propriétaires disparaissent dans la nature avec l’argent et les papiers des victimes. Mais, cette année, le phénomène semble avoir pris de l’ampleur. Des centaines de pèlerins se retrouvent ainsi à la veille du grand départ sans passeports, ni argent, ni visa. Plusieurs agences ont récemment défrayé la chronique à Casablanca, Tanger, Marrakech… Des sit-in de protestations des victimes sont organisés dans plusieurs villes devant le siège des agences incriminées. Mais au-delà de la simple arnaque, ces cas relèvent plutôt du cafouillage qui a accompagné l’opération Haj/Omra cette saison. En cause : les nouvelles mesures imposées par les autorités saoudiennes. En pleine haute saison et à 20 jours de Ramadan, celles-ci ont décidé, de façon inopinée et unilatérale, la réduction des quotas des pèlerins, de tous les pays (cf. www.leconomiste.com). A l’origine de cette décision, l’on invoque plusieurs motifs dont les travaux de rénovation enclenchés dans la Grande Mosquée de La Mecque. Résultat: le quota des candidats marocains à la Omra n’est plus que de 15.000, contre 55.000 en 2012. De même, plus de 6.000 pèlerins marocains (âgés de moins de 50 ans) doivent prendre leur mal en patience et attendre leur tour l’année prochaine. Mais, beaucoup ne l’entendent pas de cette oreille. «C’est un problème à multiples facettes: ces gens-là se sont inscrits, ils ont payé. Les agences ont à leur tour transféré l’argent en Arabie saoudite pour la réservation des hôtels. Mais, ces montants sont restés bloqués après la décision de réduire les quotas», explique Omar Sabri, président de l’Association régionale des agences de voyages de Casablanca. Pis encore, le système saoudien d’octroi de visas a été automatiquement bloqué suite à cette décision, laissant les agences dans l’expectative. «Et pour compliquer le tout, seules quelques agences (36 environ) ont accès à ce système, les autres doivent obligatoirement passer par elles pour obtenir les visas de leurs clients, ce qui n’arrange pas les choses», affirme Sabri.  Aujourd’hui, l’association a évalué l’ampleur des dégâts, mais ne souhaite pas divulguer, pour le moment, le montant réel des pertes occasionnées.
La tâche n’est pas aisée, puisque des hôteliers saoudiens qui ont déjà reçu des acomptes de voyagistes marocains refusent non seulement de les restituer mais exigent le complément sur les réservations déjà enregistrées. Pareil pour les compagnies aériennes. «Nous avons sensibilisé les agences membres de notre association pour qu’elles nous donnent la situation réelle de leurs engagements pour qu’on puisse comptabiliser les pertes et donner aux autorités saoudiennes un dossier bien ficelé et chiffré»,  poursuit le président de l’Association des voyagistes.
En tout cas, il s’agit pour lui d’un cercle vicieux, dans lequel les agences sont autant victimes que les pèlerins. Parmi ces derniers, certains ont même besoin d’un suivi psychologique. Leur rêve de visiter enfin les Lieux saints s’est évaporé, alors qu’ils étaient si près du but.


Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc