×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:4072 Le 11/07/2013 | Partager

    • La France reste N°1 mondial du tourisme
    La France a accueilli 83 millions de visiteurs internationaux en 2012 et reste la première destination touristique mondiale. Des touristes notamment européens et asiatiques ont dépensé 35,8 milliards d’euros (+6,3% par rapport à 2011). «Grâce à eux, la stabilité de la fréquentation touristique s’est maintenue malgré une clientèle française en baisse», soulignent les services statistiques de Bercy dans leur étude annuelle sur le tourisme publiée mardi 9 juillet.  L’Asie est le continent dont le nombre de touristes enregistre la plus forte progression à destination de la France (+9,9% par rapport à 2011). Les touristes indiens ou chinois représentent 4,8% des arrivées de touristes internationaux. Plus de 8 touristes étrangers qui visitent l’Hexagone sur 10 sont européens. Malgré la crise, leur nombre a progressé de 2,1%. Bercy précise aussi que la clientèle très convoitée des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) bondit de 21%. Pour 2013, les professionnels du tourisme peuvent se prévaloir d’un bilan très positif pour la saison hivernale, a estimé de son côté le ministère du Tourisme.

    • Italie: SP abaisse la note et la perspective
    Mauvaise surprise pour l’Italie. L’agence de notation Standard and Poor’s a abaissé mardi 9 juillet sa note souveraine et a menacé de le faire à nouveau en l’absence de mesures adaptées de la part du gouvernement dirigé depuis deux mois par Enrico Letta. La note à long terme du pays passe ainsi à BBB contre BBB+ auparavant, et est de nouveau assortie d’une perspective négative. L’agence constate une nouvelle dégradation des perspectives économiques du pays dans le sillage d’une décennie de stagnation (en moyenne -0,04%). Elle souligne que la production de l’Italie au premier trimestre 2013 a été inférieure de 8% à celle du dernier trimestre 2007 et continue de reculer. L’agence semble aussi douter de la capacité de Rome à tenir ses engagements budgétaires cette année.

    • Fitch relève la note de la Lettonie
    L’agence de notation financière Fitch a relevé, le 9 juillet, de BBB à BBB+ la note à long terme de la Lettonie, le jour même du feu vert des ministres des Finances de l’UE à l’entrée de cette république balte dans la zone euro. La Lettonie qui deviendra au 1er janvier le 18e membre de l’Union monétaire, devrait enregistrer une croissance de 3,8% cette année et de 4,1% en 2014, selon les prévisions économiques de la Commission européenne publiées début mai.

    • Union bancaire: Nouveau mécanisme
    La Commission européenne a proposé, le 10 juillet, la mise en place d’un mécanisme pour régler le sort des banques en difficulté de la zone euro. La proposition consiste en un mécanisme qui permettra d’appliquer ces règles de manière unique dans les pays de la zone euro, ainsi que dans ceux qui ne sont pas encore dans l’union monétaire mais voudront y participer. Ce mécanisme comprendra un conseil de résolution ainsi qu’un fonds. Il fonctionnera comme suit: si une des banques se trouve dans de graves difficultés financières, la BCE, en tant que superviseur, tirera la sonnette d’alarme. A ce stade, le conseil de résolution, une nouvelle entité composée de représentants de la BCE, de la Commission européenne et des autorités nationales de résolution, fera des recommandations à la Commission. Ensuite, un fonds alimenté par les banques elles-mêmes sera mis en place pour participer au sauvetage des banques, permettant ainsi d’éviter progressivement le recours à l’argent public.

    • La facture des catastrophes naturelles
    Le coût des catastrophes naturelles a atteint environ 45 milliards de dollars au premier semestre au niveau mondial. Il s’agit d’un chiffre nettement inférieur aux 85 milliards observés en moyenne lors des dix dernières années, d’après le réassureur allemand Münich Re. Sur ce total, le coût à supporter pour l’ensemble des assureurs a atteint quelque 13 milliards de dollars de janvier à fin juin, contre une moyenne de 22 milliards de dollars sur la même période depuis dix ans. Pire catastrophe naturelle du début d’année d’un point de vue financier, les inondations qui ont frappé l’Allemagne et plusieurs pays d’Europe centrale en mai-juin ont entraîné pour plus de 16 milliards de dollars de dégâts dont au moins 3,9 milliards de dollars de dommages assurés.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc