×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Chômage
Espagne, Italie, France… mauvais élèves de l’OCDE

Par L'Economiste | Edition N°:4072 Le 11/07/2013 | Partager
13,6 millions de demandeurs d’emploi de plus depuis cinq ans dans la zone
Le taux est resté inchangé à 8% en mai 2013
La crise de l’emploi touche principalement la jeunesse

FMI, OCDE… sont tous inquiets de la montée en puissance du taux de chômage surtout chez lez jeunes. Seul le retour de la croissance pourra inverser la tendance

Comme le chômage est au plus haut, chez les jeunes en particulier, les risques de stagnation et de dégradation durable de la croissance potentielle augmentent. C’était l’un des messages de la DG du FMI, Christine Lagarde, dans le dernier bilan de la situation de la zone euro.
Si le chômage inquiète le FMI, l’OCDE est encore plus préoccupée. Le taux de chômage de la zone OCDE est resté inchangé pour le troisième mois consécutif, à 8% en mai dernier. Au total, 48,5 millions de personnes étaient sans emploi dans la zone, soit 100.000 de plus qu’en avril et 13,6 millions de plus depuis juillet 2008.
Les statistiques relèvent aussi un nouveau record dans la zone euro depuis le début des années 90. A 12,2%, celle-ci fait figure de très mauvais élève à cause notamment des taux records dans plusieurs pays affectés par la crise comme l’Espagne (26,9%), l’Italie (12,2%) ou encore la France (10,9%). Selon les économistes de l’Organisation, l’écart avec la moyenne de la zone OCDE s’est creusé considérablement depuis le début de la crise financière, atteignant plus de 4 points de pourcentage en mai.
Par pays, le taux de chômage était en hausse aux Etats-Unis (7,6%) tandis qu’il était en baisse au Canada (7,1%) et au Mexique (5,1%). Il est resté stable au Japon  (4,1%).
Les jeunes sont de plus en plus touchés. En mai, plus d’un jeune actif sur trois était sans emploi en Italie, au Portugal et en République slovaque et plus d’un sur deux en Grèce et en Espagne. «Une génération menacée», c’est de cette manière que qualifie l’OIT (Organisation internationale du travail) le chômage des jeunes dans son dernier rapport sur les tendances mondiales de l’emploi (cf. notre édition N° 4027 du 9/05/2013). Le chômage mondial dans cette catégorie devrait rester à 73,4 millions en 2013, soit une hausse de 3,5 millions depuis 2007 et 0,8 million au-dessus du niveau où il se trouvait en 2011. Les chiffres d’Eurostat font aussi référence à la montée du chômage des jeunes en Europe (voir infographie).
En cinq ans, les taux de chômage ont connu des évolutions différentes selon les groupes démographiques. Le taux de chômage de la zone OCDE pour les hommes (inchangé à 8%) était de 0,9 point de pourcentage inférieur au pic de 8,9% atteint en octobre 2009. En revanche, le taux de chômage pour les femmes (en baisse de 0,1 point à 8%) n’était inférieur que de 0,2 point à son plus haut niveau de 8,2% atteint en décembre 2012.


Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc