×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Oujda: Un nouveau patron de la police

    Par L'Economiste | Edition N°:4068 Le 05/07/2013 | Partager
    Des mutations qui consolident la nouvelle stratégie en matière de sécurité et d’alternance
    Opérer selon une approche citoyenne de proximité

    Mohammed Dkhissi, à gauche, lègue une lourde responsabilité au nouveau préfet, Mehtate, appelé à gérer efficacement un large territoire frontalier

    Juste une année après sa désignation à la tête de la préfecture de police d’Oujda, Mohammed Dkhissi, contrôleur général de la police au niveau de l’Oriental, vient d’être muté à Marrakech. Il est remplacé par Abdelbassat Mehtate, qui occupait les fonctions de préfet de police à Laâyoune. Une mutation qui a surpris plus d’un, vu le bilan éloquent en matière de lutte contre la criminalité, crime organisé, réseaux de malfaiteurs, insécurité dans les quartiers périphériques et anarchie commerciale. «Opérant selon une approche de proximité, Dkhissi a insufflé une dynamique citoyenne aux services de police. Il a aussi réussi une meilleure gestion des différentes festivités sportives et culturelles ou les multiples mouvements et sit-in de protestation à finalité socioéconomique», a précisé Mohammed M’hidia, wali de l’Oriental et gouverneur de la préfecture d’Oujda Angad, qui intervenait lors de la cérémonie de passation des pouvoirs et installation du nouveau préfet de police.
    De son côté, Abdellah Ben Mansour, inspecteur général à la Direction générale de la Sûreté nationale, a mis en exergue les qualités humaines de Dkhissi tout en détaillant ses mérites professionnels en adéquation avec le nouveux concept de l’autorité. Il a aussi précisé que des nominations partielles ont concerné certaines préfectures de police. Des mutations qui consolident la nouvelle stratégie en matière de sécurité et d’alternance dans les postes de responsabilité. La finalité étant de moraliser les services publics, selon des critères d’équité, de compétence et d’abnégation.  Ben Mansour a, par ailleurs, rappelé le parcours professionnel du nouveau préfet qui a intégré le corps de police en 1987 pour assumer ses premières responsabilités à Kénitra, Casablanca, puis présider les circonscriptions de Touissit, Boubker, Tiflet Smara, Sidi Kacem et Safi. Avant de regagner Oujda, il assumait la responsabilité de préfet de police à Laâyoune.


    De notre correspondant Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc