×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Régions

Marrakech sous les couleurs de la haute couture

Par L'Economiste | Edition N°:4068 Le 05/07/2013 | Partager
Les nouveaux talents des Fashion Days
30 créateurs ont présenté leurs collections sous le signe du métissage
140 personnes mobilisées pour l’événement

Les tenues aux couleurs du Maroc et du Liban, qui ont illuminé le final du défilé du créateur libanais, invité d’honneur des Fashion Days 2013, Rami Salamoun

Le Four Seasons de Marrakech a été une nouvelle fois l’écrin choisi pour abriter la 5e édition des Fashion Days Maroc. Un nom mythique, synonyme de luxe, qui a vu défiler un parterre de têtes connues de la mode et de l’art, pressées de découvrir les nouvelles tendances qu’il faudra suivre pour se préserver des fausses notes. Cette année, le thème choisi s’est focalisé sur  «le Maroc en couleurs», qui parle non seulement des tons qu’il nous faut donner aux tenues, mais aussi des couleurs du métissage, propre au Royaume. Porteurs de ces trois visages, arabe, berbère et occidental, les jeunes créateurs marocains, aux côtés de stylistes confirmés nationaux et étrangers, trente au total, ont offert un show dédié à la diversité. Organisés par la Fédération de la couture traditionnelle marocaine, les Fashion Days Maroc ont une nouvelle fois démontré que la mode marocaine était à la fois un hymne au savoir-faire ancestral de la couture, mais également inventive, audacieuse et tournée vers l’avenir. Aux commandes de la direction artistique, comme chaque année, le scènographe Gil Tardieu et le styliste Patrick Boffa qui ont su orchestrer le show. Malgré un début de soirée, qui s’est fait attendre comme une star de cinéma, les invités de marque des premiers rangs semblaient conquis. Des spectateurs du 7e art, comme le réalisateur de La Source des femmes, Radu Mihaileanue, qui a rendu hommage à la comédienne Asmaa Khamlichi. La vedette a souhaité partager les honneurs avec l’ensemble des acteurs marocains. Nouvel hommage au cinéma pour le réalisateur du film «Les Chevaux de Dieu», Nabil Ayouch,  récompensé par le prix François-Chalais, en 2012, au Festival de Cannes. Sous le regard de la présidente des Fashion Days Maroc, Najia Abadi, et du parrain Xavier Guérrand-Hermès, l’initiateur du projet Carré Eden à Guéliz, le défilé a débuté avec le styliste libanais Rami Salamoun. Ses robes en lamé, vaporeuses ou près du corps, ont donné le ton du métissage des matières et couleurs et des tendances et inspirations. Se sont enchaînées ensuite les créations de celui que l’on voit partout à Marrakech, Karim Tassi, expert des lignes sobres rehaussées de chics finitions, qui a souligné la taille des hommes par le ceinturon. Ensuite, les caftans plus traditionnels de la doyenne des créateurs, Fadilah Berrada, et ceux aux élans contemporains du jeune styliste Nabil Dahani. Après la collection tribale de Simohamed Lakhdar, et celle intitulée «Bohème» de Christophe Guillarmé, Patrick Boffa a fermé la marche sur le podium avec sa collection aux tombées et mouvements parfaits et aériens, sûrement inspirés de la danse classique, son premier métier. L’événement a présenté en fait deux soirées dédiées aux défilés, trois heures de passage chaque soir, pour finir le 30 juin par une vente publique des collections. Il fallait surtout ne pas rater les défilés qui ont été plus riches et innovants avec comme première volonté, «de faire briller la haute couture au-delà des frontières». La fondatrice de l’événement, Najia Abadi, a d’ailleurs rappellé que ce rendez-vous sert à la préservation du patrimoine culturel et met en lumière les métiers de la mode. Les jeunes créateurs bénéficient d’un tremplin unique et permettent à la mode marocaine de briller à l’échelle internationale, avec la visibilité qu’elle mérite.

Flash-back

La première édition des Fashion Days Maroc s’est tenue le 5 décembre 2009 au coeur du Palace La Mamounia, avec Xavier Guérrand-Hermès, comme parrain de la première heure. Il n’est pas le seul à suivre l’événement au fil de ses éditions. Une direction artistique, chaque année, confiée au scénographe français Gil Tardieu et le talentueux créateur Haute-Couture Stéphane Bianca, qui participe au jury. Il s’agit à chaque an de prouver au reste du monde que la mode marocaine n’est pas seulement tournée vers les traditionnels caftans. Outre cette visibilité sur la créativité marocaine, l’objectif est  de créer une plateforme d’échanges entre les stylistes et les opérateurs économiques. De quinze créateurs pour la première édition, ils étaient une trentaine présents en 2013. Depuis la saison 2011-2012, l’événement a pris ses quartiers au Four Seasons avec 20 créateurs, 6 hommages rendus à des Marocains du monde de la mode en plus d’un dîner de gala offert au profit de l’association SOS Villages d’enfants.

De notre correspondante, Stephanie JACOB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc