×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
Les Cahiers de l'Émergence

La R&D, l’autre joker

Par L'Economiste | Edition N°:4067 Le 04/07/2013 | Partager
287 publications internationales indexées en 2012 contre 92 en 2009
La faculté des lettres, première maison d’édition en sciences humaines et sociales

Wail Benjelloun, président de l’Université Mohammed V-Agdal: «Notre politique de soutien à la recherche vise le maintien de l’université à la pointe de la créativité et de l’innovation dans notre région»

- L’Economiste: Comment se porte la recherche scientifique au sein de votre université?
- Wail Benjelloun: La recherche a connu une intéressante évolution en 2012-2013, contribuant de manière significative à l’essor et à la visibilité internationale de l’université. Nous avons, en effet, alloué un budget spécial à la formation continue et à la mobilité, notamment pour la participation aux congrès à l’étranger. L’enveloppe est passée de 5 millions de DH en 2012 à 8,5 millions cette année. Nous avons aussi instauré un programme d’incitation à la publication. Le nombre de publications internationales indexées a atteint 287 en 2012 contre 199 en 2011. Ce chiffre était de 93 en 2009 et de 136 en 2010, selon le moteur international de recherche SCOPUS (ndlr: c’est une grande base de données de citations et de résumés issus de recherches bibliographiques et de sites internet de qualité). En trois ans, le nombre des publications internationales indexées s’est multiplié par trois, ce qui témoigne de la politique de soutien à la recherche, visant le maintien de l’université à la pointe de la créativité et de l’innovation dans notre région.

- Quelle faculté se distingue de par ses publications?
- La faculté des sciences a constitué la tête de pont de notre développement dans ce domaine. De son côté, la faculté des lettres et des sciences humaines est devenue, de par sa production, la première maison d’édition publique et privée en sciences humaines et sociales au Maroc. Elle compte en 2012 une quarantaine de titres.
Ajoutons à cela l’ouverture récente de deux centres importants d’étude et de recherche dans cette même faculté: le centre des études et de recherches sahariennes et le centre d’études de l’histoire des temps présents, cofinancés par la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), l’OCP et l’Agence du développement du Sud.
- Quelles sont les filières que vous ciblez en matière de R&D? 
- Notre université s’est lancée dans les domaines prioritaires d’avenir, à savoir les énergies renouvelables, les nanomatériaux, la biotechnologie et les technologies de la communication. Une coopération de grande envergure en matière d’énergies renouvelables a fait l’objet d’un contrat R&D avec la société italienne, Beghelli Spa, visant le développement du photovoltaïque concentré avec des procédés améliorés dans les laboratoires de l’université. L’objectif premier de cette collaboration est d’atteindre une autonomie énergétique relative pour l’Ecole normale supérieure (ENS).


Propos recueillis par Bouchra SABIB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc