×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Fès accueille les arts de la rue aujourd’hui

    Par L'Economiste | Edition N°:4067 Le 04/07/2013 | Partager
    Chants populaires, théâtre et graffiti… au programme
    Une initiative du département de la Culture du 4 au 6 juillet

    L’ouverture du Festival des arts de la rue prévoit un carnaval qui sera animé par le groupe Over Boys, Jilala, El Hiyyata, Dkka, Gnawa, Ouled Hmada O Mouss, mais aussi des cracheurs de feu

    C’EST parti. La première édition du Festival de Fès des arts de la rue s’ouvre ce jeudi. Cette initiative de la délégation régionale de la culture qui lui consacre un (petit) budget de 600.000 DH entend animer plusieurs quartiers de la ville du 4 au 6 juillet. Ceci, avec la participation d’artistes de renom mais aussi d’autres peu connus. «Nous voulons à la fois offrir une animation artistique aux habitants et aux visiteurs de Fès et donner une chance aux nouveaux talents», indique Azzeddine Kara, directeur de la Culture à Fès. Selon lui, «l’idée de ce 1er festival traduit une envie pressante chez les jeunes Fassis qui veulent s’exprimer, s’épanouir et se libérer via l’art». Ainsi, différentes artères abriteront cette première édition dont le coup d’envoi sera donné ce 4 juillet, à 19h, devant la place Florence. Participent au spectacle d’ouverture le groupe Over Boys, Jilala, El Hiyyata, Dkka, Gnawa et Ouled Hmada O Mouss. Tel un véritable carnaval populaire, ces troupes sillonneront l’avenue Hassan II jusqu’à la place Boujloud. Ici, le groupe Mazagan est attendu pour le concert inaugural. Il partagera la scène avec les Ostina Tono. Dans la place R’cif, autre décor et autre public. Elle accueillera le théâtre oral de Rehhal de Salé. Pour vendredi, les organisateurs ont programmé une table ronde sur les arts de la rue. Ils vont y débattre de l’intérêt traditionnel porté aux arts dits de patrimoine et l’émergence de nouvelles formes d’expressions artistiques contemporaines. La soirée de ce 2e jour sera animée par une sélection de jeunes artistes, du folklore et l’art traditionnel de la Halqa. Au menu également, les Mchahebs qui enflammeront la place Boujloud, de la sculpture et des arts plastiques. En outre, le festival s’ouvrira sur l’art du graffiti et d’autres formes du «Street art». Dans la place R’cif, à titre d’exemple, le public aura rendez-vous avec des représentations théâtrales en plein air des troupes Terminus et Benalalate. «Ce n’est qu’une 1re expérience… nous ambitionnons de réussir, d’appuyer les jeunes talents dans divers styles artistiques, accompagner les nouvelles tendances en la matière, aller vers la rencontre du grand public, et créer une tribune de promotion et de valorisation de la culture marocaine contemporaine», explique Kara. A noter enfin que le festival sera clôturé par un concert grandiose, où se produiront des groupes de musique de la nouvelle scène comme «Fès Birmal», «Ngo Obifi» (Côte d’Ivoire), et Moslim entre autres.


    De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc