×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Régions

Tétouan: City Bus prend les rênes

Par L'Economiste | Edition N°:4066 Le 03/07/2013 | Partager
L’opérateur espagnol a démarré lundi dernier
100 bus lors d’une première phase et huit lignes urbaines supplémentaires

Des bus flambant neufs ont pris la route hier à Tétouan pour desservir les 17 lignes urbaines existantes

Les artères de la ville de Tétouan accueillent depuis lundi un nouvel opérateur pour le transport urbain et interurbain. Il s’agit de City Bus qui a remporté en avril dernier l’appel d’offres lancé par le conseil de la ville de Tétouan. Le démarrage de ce service devrait permettre à la ville de Tétouan de retrouver la normalité après un printemps marqué par les grèves des employés des différentes sociétés de transport urbain qui travaillaient auparavant à Tétouan. Et c’est d’ailleurs ces grèves, selon des sources proches de la mairie de Tétouan, qui ont accéléré ce processus. Actuellement, le service est géré de manière plus claire avec un cahier des charges qui en définit les contours. L’entreprise, déjà présente dans d’autres villes du Maroc, devra gérer le service pour une durée de dix ans renouvelable à l’identique, une seule fois. City bus devra lors des premières semaines de fonctionnement mettre en place un parc de 100 autobus pour pouvoir desservir les 17 lignes urbaines existantes actuellement. L’opérateur s’est d’ailleurs engagé à créer 8 autres lignes à moyen terme, le nombre d’autobus devra alors atteindre les 120 unités. Les lignes varient en longueur entre 3 et 15 kilomètres et devront desservir, selon les chiffres de la mairie, plus de 450.000 personnes. L’une des particularités de Tétouan reste l’importance des lignes interurbaines. C’est le cas des connexions de la ville de la Colombe blanche avec les autres bourgades de sa côte, comme Mdiq ou Fnideq. Le cahier des charges prévoit dans ce sens la mise en place de 15 lignes interurbaines supplémentaires afin de desservir 200.000 habitants dans le cadre du Grand Tétouan. L’entrée en service du nouvel opérateur permet aussi à Tétouan de mettre un peu d’ordre dans un service public jusqu’ici entaché d’anarchie. La Cour des comptes y avait d’ailleurs consacré une bonne partie de son dernier rapport. Les inspecteurs et juges de la Cour régionale des comptes ont en effet passé au peigne fin le secteur du transport urbain au niveau de la ville pour se rendre compte que les autorisations d’exploitation des lignes sont tout simplement illégales. Avant la conclusion des premiers contrats de concession en 2002, le service de transport collectif urbain était assuré par des opérateurs de transport au moyen de simples autorisations délivrées par le gouverneur de Tétouan, sans base juridique et sans recours à la concurrence. Seuls les itinéraires les lignes concédées étaient prévus par lesdites autorisations qui avaient omis de fixer les obligations et les droits tant des concessionnaires que des autorités. Qui plus est, les cahiers des charges auxquels il était fait référence dans ces autorisations n’avaient jamais été établis.

De notre correspondant Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc