×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Un nouveau virage pour la santé?

Par L'Economiste | Edition N°:4066 Le 03/07/2013 | Partager
Elargissement de la couverture médicale à l’ensemble de la population
Des centres de proximité avec un plus grand accès et une meilleure qualité
Une protection financière des usagers et des patients

C’est un travail d’équilibriste qui est désormais demandé au système de santé. La bonne gouvernance de la politique sanitaire est de trouver un arbitrage entre le financement du système et la couverture universelle tout en n’oubliant pas la qualité de soin. Cet équilibre est au cœur des débats des deuxièmes assises de la santé qui se poursuivent jusqu’au 3 juillet à Marrakech. C’est aussi une des recommandations du Pr. Wim Van Lerberghe, ex-directeur politique de santé à l’Organisation mondiale de la santé. «Il s’agit surtout d’éviter les visions naïves et tenir compte dans la stratégie de la santé de certaines expériences comme en Chine, au Brésil ou en Thaïlande». Pour Pr. Wim Van Lerberghe, le ministère de tutelle doit désormais jouer le rôle de régulateur et pousser vers la décentralisation. Cela demande bien entendu des préalables. Ainsi, parmi les premières leçons à tirer, la mise en œuvre d’un système d’information complet à travers lequel le département de la Santé pourra identifier les contraintes au fur et à mesure qu’elles apparaissent. Et cette leçon est automatiquement liée à une autre: savoir gérer les impatients et ceux qui freinent. «C’est une question de tempo et de construction des équipes qui demande aussi un maintien de dialogue», insiste Van Lerberghe. C’est que le système sanitaire marocain est confronté à plusieurs défis et contraintes qu’il n’a malheureusement pas anticipés. Ils sont d’abord d’ordre humain sans pour autant oublier la cherté des investissements. Depuis l’avènement de la Constitution, un troisième défi transversal est devenu tout aussi important. Celui de répondre rapidement aux attentes et aux doléances de la population. Le message royal adressé aux participants des assises de Marrakech a d’ailleurs exhorté le secteur à placer le citoyen au cœur du système de la santé tout en redressant les dysfonctionnements et trouver les moyens pour dépasser les contraintes. Et pour concrétiser et opérationnaliser le droit de tous aux soins de santé, le secteur doit répondre à trois exigences: une couverture universelle qui assure un accès équitable pour l’ensemble de la population, une gamme de soins de qualité et une protection financière de telle sorte que les usagers ne s’exposent pas à des difficultés financières. A noter justement que 2% des ménages doivent faire face à une catastrophe financière et que près de 1,4% passent en dessous du seuil de pauvreté à cause des dépenses indirectes pour se soigner d’après le livre blanc de la santé réalisé par le ministère. Pour Dr Abdelali Belghiti Alaoui, secrétaire général du ministère de la Santé, une grande partie des insatisfactions des populations trouvent leurs origines dans la désorganisation et le dysfonctionnement des soins ambulatoires de proximité. «Les usagers vont directement dans les hôpitaux au lieu des centres de santé créant un encombrement dans les CHU qui se retrouvent à réaliser 60% des recours alors qu’ils sont censés en réaliser 10, voire 20%. En chiffre, il y a à peine 0,6 nouveau cas par personne par an pour les soins de premières lignes et 5% de taux d’admission dans les hôpitaux publics. Cette désorganisation a un coût et engendre un gaspillage des ressources. Pour le ministère de la Santé, il faut donc réorienter le système de soins de celui basé sur l’hôpital vers un autre basé sur le réseau d’unité de santé familiale d’autant plus que le Maroc dispose de 2.700 centres (dispensaires). «Cela demande un effort peu coûteux qui exige en revanche une meilleure organisation de ces centres ainsi qu’une affectation des ressources humaines», espère Belghiti Alaoui.
Le Ramed peut fournir la base pour développer un niveau primaire de qualité et fournir une source d’intelligence pour le développement du réseau. L’idéal pour Belghiti Alaoui est d’avoir des dossiers de famille par médecin de centre de santé. Une expérience dans ce sens est en train d’être déployé à Benslimane. Si elle est positivement évaluée, elle sera généralisée dans d’autres villes.  Reste à régler le problème des ressources humaines dans le secteur de la Santé qui connaît un déficit de 9.000 infirmiers et 7.000 médecins. Si pour le personnel médical, le déficit pourra être comblé avec les nouveaux lauréats des centres publics et privés de formation, il n’en est pas de même pour les médecins. Et la question est beaucoup plus complexe. La formation médicale est contrôlée par le ministère de l’Enseignement et se distingue par une moyenne de formation de 9 ans.

Vers des systèmes de paiement mixtes

La part des paiements directs dans le total des dépenses santé reste très élevée au Maroc (53,6%) et une barrière à l’accès aux soins creuse les inégalités. Dans son livre blanc, le ministère de la Santé recommande d’évoluer vers des systèmes de paiement mixtes qui comportent une partie de paiement par capitalisation, une partie en fonction des prestations fournies et une autre en fonction des cas. Autre recommandation, l’extension de la protection financière aux populations non couvertes avec des options alternatives pour couvrir les travailleurs dans le secteur informel en les intégrant dans des régimes obligatoires préexistants. Cet élargissement au secteur informel (10 millions) nécessite la création d’une nouvelle structure institutionnelle. Des discussions sont en cours pour mettre en place un système d’assurance maladie des indépendants.

 B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc