×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Agadir: Le Parti de l’Istiqlal joue la proximité

Par L'Economiste | Edition N°:4065 Le 02/07/2013 | Partager
Les instances locales en tournée dans les zones enclavées
Les équipements sans ressources humaines suffisantes dans le rural
Renouvellement des bureaux de l’instance politique dans la préfecture

Le Parti de l’Istiqlal (PI) ratisse large dans la préfecture d’Agadir. Depuis quelques mois, les instances locales de la formation politique multiplient les rencontres dans la préfecture d’Agadir Ida Outannane. Un des objectifs du moment, c’est le renouvellement des bureaux du parti dans la circonscription, est-il indiqué. La zone qui abrite douze communes est en grande partie rurale et aussi partiellement enclavée. Aussi y a-t-il un grand déséquilibre en matière d’équipement entre les centres urbains et les localités rurales. Selon Said Iraâ Sbai, secrétaire général du PI à Agadir, la démarche vise donc à aller à la rencontre des populations pour définir en concertation leurs besoins les plus urgents. A cet effet les représentants du parti étaient récemment dans la commune de Tiqqui. Dans cette localité, qui n’est pas un cas à part dans la région, tout manque ou presque. Etablissement scolaire, dispensaire de santé, sont des équipements dans ces lieux sans ressources humaines suffisantes. Les doléances des populations locales sont donc nombreuses. Certains se plaignent notamment de l’absence d’un médecin et d’un infirmier en permanence sur les lieux. Le fait est d’importance pour tous, ne serait-ce que pour les premiers soins d’urgence. Les habitants des douars de la zone sont particulièrement sujets aux morsures de scorpions notamment en été et réclament auprès du département de la Santé des mesures de soins pour faire face à ce phénomène. Aujourd’hui le contact a été pris par les représentants du Parti de l’Istiqlal à Agadir avec le délégué régional de la Santé pour un renforcement de la couverture médicale de la localité, est-il indiqué. L’enclavement des zones agricoles de la commune en question pose également problème aux riverains de la localité. A ce niveau, c’est une route qu’ils demandent. L’équipement est indispensable pour des besoins élémentaires. A ce sujet les habitants racontent qu’il leur faut débourser 100 DH de transport pour aller payer leurs redevances d’électricité.  Pour l’heure, il s’agit tout d’abord de réaliser une étude sur le projet, souligne Said Iraâ Sbai. Outre se rapprocher du tissu électoral, la stratégie du Parti de l’Istiqlal dans la région, consiste aussi selon ses représentants à redonner confiance aux populations dans la politique et dans le rôle des élus. Il est question aussi de redynamiser le parti à l’échelle locale. Pendant des années le Parti de l’Istiqlal n’a pas eu un véritable poids dans la zone. Depuis les dernières élections législatives un regain d’intérêt est ressenti pour la formation au niveau de la préfecture d’Agadir. C’est du moins ce qu’avancent bon nombre d’observateurs. Pour rappel, aux dernières élections législatives, la formation politique a été classée à l’échelle de la région Souss-Massa-Drâa, en deuxième position avec 7 sièges.

Hommages

On n’oublie pas les anciens du PI à Agadir. Les instances locales ont organisé récemment une cérémonie en hommage aux anciens du parti. Une rencontre portes ouvertes lors de laquelle les anciens piliers du parti à l’échelle locale ont été distingués. Pour ceux qui ne sont plus de ce monde, une visite aux familles était au programme. Cette démarche de rapprochement et de restructuration pour resserrer les rangs se traduit aussi par des rencontres thématiques mensuelles. Mais aussi par une démarche de proximité envers les ordres professionnels de la ville.

De notre correspondante, Malika ALAMI 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc