×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Europe

L’Europe trace les grandes lignes de son budget 2014-2020

Par L'Economiste | Edition N°:4064 Le 01/07/2013 | Partager
Un accord politique entre Commission, Parlement et présidence européens
33 milliards d’euros de coupe par rapport au précédent budget

Photo de famille des leaders européens, réunis en fin de semaine dernière à l’occasion du sommet pour contrer le chômage des jeunes. Ce sommet a été sauvé par l’accord politique sur le budget 2014-2020, sans lequel cette réunion n’aurait pu être effective

L’ACCORD européen sur le budget 2014-2020 avance. Enda Kenny, Premier ministre irlandais (actuellement à la tête de la présidence tournante de l’Union), José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, et Martin Schulz, président du Parlement européen, ont approuvé un consensus politique sur le sujet épineux du budget de l’Union. Les députés devront encore en débattre à Strasbourg en juillet, et il ne sera approuvé qu’en septembre, mais le consensus est déjà un grand pas en avant qui vient apaiser les craintes d’un blocage. Et pour cause, le Parlement menaçait, quelques jours plus tôt, de ne pas approuver le cadre pluriannuel de 908 milliards d’euros. Une décision qui aurait mis à mal les plans, notamment concernant la résorption du chômage, qui touche aujourd’hui 5,6 millions de jeunes en Europe.
Le Parlement a réussi à obtenir une flexibilité sans limites des transferts entre les budgets annuels entre 2015 et 2017, et plafonnée à 26 milliards d’euros entre 2018 et 2020. Ces transferts étaient initialement limités à 24 milliards d’euros entre 2016 et 2020.
Cette mesure devrait permettre de compenser la baisse du budget communautaire, fixé à 960 milliards d’euros entre 2014-2020, soit 33 milliards d’euros en moins que pour la période 2007-2013.
Un nouveau marchandage aura certainement lieu en automne, puisque l’accord ne prévoit le versement que d’une première tranche de 7,3 milliards d’euros, qui doit elle-même être approuvée le 9 juillet. La condition selon laquelle le cadre financier 2014-2020 ne sera approuvé que si les Etats comblent le trou de 11,2 milliards d’euros qui manquent pour terminer l’année 2013 semble avoir été nuancée.
L’aide alimentaire aux plus démunis, elle, augmentera sensiblement, passant de 2,5 à 3,5 milliards d’euros. Mais les discussions quant à l’utilisation obligatoire de la somme allouée à l’aide alimentaire sont encore en cours.
Martin Schulz avoue tout de même que ce compromis ne fera pas que des heureux. «Ce n’est pas un compromis facile à accepter. Je peux vivre avec cet accord, le défendre, mais il va falloir se battre pour obtenir le soutien d’une majorité de députés», concède-t-il. Pour autant, l’espoir est permis. Après une réunion des présidents des groupes politiques, le Parti populaire européen qui compte 269 élus, et les socialistes, qui en comptent 190, ont affiché leur soutien. Parmi les 754 eurodéputés, cette «alliance» représente plus que la majorité nécessaire à l’approbation du budget.

Rime AIT EL HAJ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc