×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Hydrocarbures
    Samir investit officiellement la distribution

    Par L'Economiste | Edition N°:4064 Le 01/07/2013 | Partager
    Un budget de 600 millions à 1 milliard de DH sur 5 ans
    Objectif: 150 stations-service à horizon 2017
    Samir Lubrifiants sur le marché dès juillet

    Depuis l’annonce faite en 2011, ce n’est que la semaine dernière que Samir a officiellement fait son entrée sur le marché de la distribution de carburants. La raffinerie de Mohammedia a créé une filiale dédiée à cette activité. Baptisée Société de distribution de carburants et combustibles (SDCC), la toute nouvelle filiale dispose d’un capital de 150 millions de DH après son renflouement en mars dernier. Samir ne fait pas les choses à moitié et compte ouvrir 150 stations-service d’ici 2017. Pour commencer, 15 à 20% de ces stations seront en propre. Le reste fera l’objet de partenariats. Le management se dit optimiste par rapport à cet objectif. «Dès notre première annonce, plus de 1.000 investisseurs nous ont sollicités pour des partenariats», explique Youssef Ouhilal, DG de SDCC. Pour atteindre ses objectifs, le raffineur-distributeur compte injecter entre 600 millions et 1 milliard de DH sur les 5 prochaines années. Tout porte à croire que les cartes seront redistribuées sur le marché. Une situation qui ne fait pas l’unanimité auprès des professionnels (voir entretien page 10). Depuis septembre 2012, Samir dispose d’une autorisation provisoire pour la distribution. Pour que cette dernière soit définitive, l’entreprise compte mettre sur pied 30 stations d’ici la fin de l’année. Une condition réglementaire pour disposer de l’autorisation définitive. Actuellement, 6 stations sont en travaux et, dans 90 jours, 10  autres arboreront les couleurs de Samir. Le groupe a mis à la disposition de SDCC 6 terrains pour la construction des stations en propre. Et ce sont 25 dossiers de stations-service qui ont été déposés auprès de la tutelle. Dans un premier temps, les points de vente seront dans les périphéries avec un objectif d’assurer une présence dans les zones rurales mal desservies. Les nouvelles stations-service ont été conçues par des architectes marocains. Elles seront dotées de citernes  avec double paroi pour protéger la nappe phréatique en cas de fuites.  La nouvelle stratégie commerciale ne s’arrête pas là. Dès le mois prochain, le groupe va mettre sur le marché sa propre marque de lubrifiants. L’unité de production d’huiles finies dispose d’une capacité annuelle de 50.000 tonnes. Samir a également des ambitions à l’export, notamment sur l’Afrique.

    Corral

    En 1997, Samir a été privatisée et 67,2% de son capital ont été transférés à Corral Holding. Cette dernière est une filiale du groupe Corral Petroleum Holding AB appartenant à l’homme d’affaires saoudien, Sheikh Mohammed Houssein Al Amoudi. Concentrée sur deux pôles géographiques, Scandinavie et Moyen-Orient – Afrique du Nord, Corral Petroleum Holding AB maîtrise la chaîne pétrolière de l’exploration jusqu’à la distribution. Elle dispose d’un réseau de 1.350 stations-service à travers le monde. Samir, qui traverse de sérieuses difficultés financières (un endettement de plus de 8 milliards de DH), attend depuis plusieurs mois une recapitalisation de la part de sa maison mère. Malgré l’accord du conseil d’administration, le transfert de fonds tarde à voir le jour.

    IL. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc