×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Cherche serveurs désespérément

Par L'Economiste | Edition N°:4060 Le 25/06/2013 | Partager

AU niveau des métiers liés au tourisme, les besoins diffèrent en fonction du niveau hiérarchique. Si en matière de management la crise ne se fait pas trop sentir, l’offre en profils locaux est là. L’Isit participe à leur formation, mais aussi d’autres établissements privés et depuis peu les universités avec des modules spécifiques. Malgré tout, des profils plus pointus sont demandés par les opérateurs, tels que des spécialistes de la gestion des Spas ou des golfs par exemple, très demandés dernièrement, une formation que devrait lancer prochainement l’Isit avec des masters spécifiques.
Pour des métiers plus proches du niveau de l’exploitation, la tension sur le marché est plus palpable. L’exemple le plus cité est celui des serveurs et du personnel de salle. La pénurie en matière de serveurs efficaces et opérationnels de suite est encore très tendue. Pour des régions comme Tanger, elle risque d’être encore plus difficile à gérer, trois nouveaux hôtels devraient ouvrir lors des six prochains mois.
Les professionnels ne manquent pas de critiquer le profil des lauréats des écoles hôtelières et leur manque d’expérience, même si depuis quelques années, la part des stages et des formations en entreprise a plus que doublé.
En cuisine, la demande est aussi très forte non seulement pour des chefs de cuisine expérimentés, mais aussi pour des commis de cuisine ou des chefs de partie (rôtisseur, saucier, etc.). Là où la demande n’est plus aussi forte est au niveau des métiers liés au voyage. Agent de voyage, agent de comptoir, de billetterie, des fonctions qui souffrent de la concurrence directe d’Internet et de la crise qui ont mis à mal les agences de voyages et les recrutements. Même si les opérateurs touristiques voient en Internet et les sites de réservation en ligne une mode passagère, le métier d’agent de voyage n’évitera pas une profonde mutation qui le recalera sur son aspect de conseiller, une transition à laquelle les établissements de formation devront le préparer.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc