×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Actu
«Les entreprises trop paternalistes»

Par L'Economiste | Edition N°:4060 Le 25/06/2013 | Partager

Caroline Minialai, chercheur au Cesem, coordinatrice de l’ouvrage HEM sur «Le management des entreprises dans les pays du Sud»: «Pour avancer, les dirigeants ont besoin d’échanger leurs expériences et de savoir qu’ailleurs les difficultés sont les mêmes»
 

- L’Economiste: Qu’est-ce qui caractérise selon vous la culture managériale marocaine?
- Carole Minialai: Il faut dire que dans chaque pays il existe des déterminants culturels qui influencent la gestion des entreprises. Au Maroc, le management est très paternaliste, très humain. Les rapports professionnels vont au-delà de la relation employeur/salarié.
Dans les PME qui représentent l’essentiel du tissu économique, de même que dans les entreprises de grande taille, l’élément humain est central.
L’exemple de BMCE Bank et de Benson Shoes, où les ressources humaines sont placées au cœur des stratégies d’entreprise, en e st la parfaite illustration. Cela peut s’avérer positif puisque l’on tend en même temps vers une plus grande professionnalisation des pratiques managériales.

- Y a-t-il des problématiques communes aux entreprises que vous avez présentées?
- Ce recueil d’études de cas est destiné aux entreprises, mais il a également un objectif pédagogique. Il est aussi destiné aux professeurs et aux étudiants. Nous avons, par conséquent, choisi de présenter des cas d’entreprises qui font face à des problématiques managériales différentes, et de mettre l’accent sur les outils stratégiques adaptés.   

- S’il y avait une leçon à tirer de cet ouvrage…
- Pour avancer, les dirigeants ont besoin d’échanger leurs expériences et de savoir qu’ailleurs les difficultés sont les mêmes. D’ailleurs, ils aiment partager leurs histoires d’entreprises. Nous sommes convaincus qu’avec cet ouvrage nous pourrons contribuer à faire avancer les choses, et aussi à offrir à la communauté pédagogique des outils qui collent à  l’environnement culturel du Maroc.


Propos recueillis par A.NA

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc