×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

L’agropole de Berkane, hub de la R&D

Par L'Economiste | Edition N°:4060 Le 25/06/2013 | Partager
Une plate-forme régionale pour une valorisation aux standards internationaux.
Un pôle de recherche pour accompagner la zone industrielle
De nombreux projets inaugurés par le Souverain

Le Souverain inaugurant, samedi dernier, les travaux de réalisation d’une unité spécialisée dans la prise en charge des malades silicotiques et d’un centre d’hémodialyse dans la province de Jerada

LE parc agro-industriel intégré de Berkane, inauguré hier lundi par le Souverain dans la commune rurale de Madagh (province de Berkane), est un parangon des stratégies nationales du plan Maroc Vert et Emergence. Une zone industrielle intégrée en agriculture qui devra fonctionner en étroite collaboration entre le secteur privé et les institutions chargées de la mise en œuvre des politiques agricoles. Un pôle de recherches spécialisées est également appelé à proposer des alternatives afin de développer la productivité des filières compétitives à haut potentiel et la valorisation des produits agricoles de la région.
Ce pôle dédié à la recherche-développement et au contrôle qualité permettra aux producteurs locaux ainsi qu’aux exportateurs de se mettre au diapason des exigences des marchés nationaux et internationaux. Il ambitionne aussi de consolider l’attractivité de l’Oriental et de son plan stratégique de développement le Med Est qui englobe notamment la Technopole de Oujda et le Parc industriel de Salouane. Grâce à cet agropole tous les projecteurs seront braqués sur Berkane, appelée à servir de modèle à dupliquer en matière de regroupement, commercialisation, transformation et distribution des produits agricoles. Les services assurés s’articulent autour de cinq axes: la transformation agro-alimentaire, les activités logistiques et de mise en marché, les stations de conditionnement, l’activité tertiaire et la formation en ressources humaines.
La réalisation de ce mégaprojet a nécessité une enveloppe budgétaire qui avoisine les 500 millions de DH, dont 150 millions de DH pour la mise en place du pôle de la recherche et 361 millions de DH réservés à la zone industrielle. À terme, les investissements induits sont estimés à 1 milliard de DH. 5.000 emplois seront créés en perspective dont 1.000 emplois sont prévus avec le lancement de la première tranche de cet agropole. «Avec le lancement effectif de ce projet, le ministère de l’Agriculture a concrétisé son programme de mise en place de pôles pour accompagner les agriculteurs, les investisseurs et les industriels dans les domaines de sécurité sanitaire, de recherche, de formation et de contrôle qualité», avait précisé Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture lors d’une précédente visite à Madagh. L’agropole est constitué de quatre laboratoires de pointe pilotés par l’Institut national de la recherche agronomique sur une superficie de 1.901 m2, l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations sur une superficie de 2.099 m2 et l’Office régional de mise en valeur agricole de la Moulouya chargé de la gestion des espaces communs et coordination avec les établissements et instituts de recherche, accompagnement des entreprises qui expriment la volonté de s’installer au niveau de l’agropole, et organisation des séminaires et manifestations. En quatrième lieu, le laboratoire multidisciplinaire de qualité de contrôle relevant de l’Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) étalé sur superficie de 4.880 m2, a été conçu selon les exigences des normes internationales en matière d’accréditation des laboratoires et comprend six sections: l’hygiène alimentaire, la santé animale et végétale, la toxicomanie, la biologie moléculaire et l’unité de contrôle des semences et plantes.

Autres projets

LE Souverain a aussi inauguré à  Saïdia le projet d’assainissement liquide de la ville et de sa station touristique (83 millions de DH). De même, il a été procédé au lancement des travaux pour la réalisation d’une unité spécialisée dans la prise en charge des malades silicotiques et d’un centre d’hémodialyse dans la province de Jerada pour 7,9 millions de DH. La mosquée «Hassan II» de Saïdia a aussi été officiellement lancée. D’une superficie globale de 6.555 m2, ses travaux de reconstruction ont nécessité des investissements de l’ordre de 25 millions de DH, financés par le ministère des Habous et des affaires islamiques. Samedi, la ville de Jerada était à l’honneur.
Le Souverain y a présidé la présentation de l’état d’avancement du cinquième programme de l’INDH au niveau national. Un programme de mise à niveau territoriale qui vise la promotion des conditions de vie des populations de 3.300 douars.

De notre correspondant, Ali KHARROUBI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc