Culture

Les «Musiques sacrées» clôturent en apothéose

Par L'Economiste | Edition N°:4054 Le 17/06/2013 | Partager
Carton plein pour Assala, les gospels et Patti Smith
La prochaine édition du 13 au 21 juin 2014

La soirée gospel de Ladysmith (en médaillon) a connu un franc succès.Le spectacle de clôture de Patti Smith n’a pas démérité non plus. Son «Because the Night», succès planétaire datant de 1978, est le tube qui a fait danser le public de cette 19e édition du festival des Musiques sacrées de Fès (Ph. YSA


Le festival des Musiques sacrées de Fès a pris fin sur une note positive. Malgré la crise, les spectateurs ont été nombreux et les hôtels de la ville ont affiché complet. Pour cette 19e édition, ce sont entre 40.000 et 50.000 personnes qui étaient au rendez-vous.
Les spectacles les plus marquants étaient notamment ceux de Paco de Lucia, Assala Nasri, mais aussi Ladysmith et son «Chicago Gospel Experience» ou encore Patti Smith et sa danse « Rock». En tout cas, le public a eu droit cette année à trois soirées inoubliables. La première, celle du jeudi dernier, était animée par Assala Nasri. Elle a drainé entre 7.500 et 8.500 spectateurs. «Nous avons ajouté plus de 1.200 places pour répondre à la demande», révèle Faouzi Skali, directeur de la Fondation Esprit de Fès, organisatrice de l’évènement. «Emue par Fès la magique», ses ruelles qui lui rappellent sa ville natale (Damas) et sa population qu’elle a rencontrée dans la médina», la diva syrienne s’est produite à guichets fermés. Assala chantera ses plus beaux titres mais fera aussi un clin d’œil à son amie Asmae Lamnawar à travers le titre «J’en ai marre». Les larmes aux yeux, Assala s’excusera auprès du public avant de le quitter peu avant 23 heures.
Vendredi, la place Bab El Makina accueille une autre ambiance. Le métissage entre Ladysmith et le Chicago Gospel Experience a été assuré. Le public, formé cette fois-ci en majorité des jeunes, est venu découvrir l’énergie de Leanne Faine & Favor de Chicago (Etats-Unis) et Ladysmith (Afrique du Sud). Sous la direction du bassiste Bill «the buddha» Dickens, une des légendes de la musique américaine noire, et initiée par les producteurs artistiques Mohamed Beldjoudi et Larry Skoller, cette création dédiée au festival a vu la rencontre fervente d’une des plus grandes voix du gospel de Chicago Leanne Faine et de son ensemble Favor avec les Ladysmith Red Lions, ensemble gospel de la ville d’Afrique du Sud du même nom. La présence exceptionnelle de Butterscoth, jeune virtuose californienne du beatbox, a fait aussi de cette soirée un des grands moments  de cette nouvelle édition. Pour les organisateurs, ce spectacle a démontré encore une fois cette capacité du gospel à transfigurer les souffrances du passé à exorciser le quotidien, tous les quotidiens, le nôtre aussi bien qu’autrefois celui des peuples  africains esclaves qui se sont identifiés aux hébreux captifs en Egypte. Le chemin fut long et étroit, des champs de coton du sud à la réélection du président Obama en 2012, tout comme celui de l’apartheid à l’élection de Nelson Mandela comme président de l’Afrique du Sud le 27 avril 1994.
Ainsi, la rencontre entre Leanne Faine & Favor et les Ladysmith Red Lions venus de la ville de Ladysmith a montré au festival de Fès que l’âme africaine a su conserver sa chaleur et sa foi, ceci malgré la violence actuelle d’une urbanité souvent ghettoïsée et la mémoire d’une captivité et d’un rejet encore présents.
Pour le spectacle de clôture, l’américaine Patti Smith a montré pour sa part qu’à 67 ans on peut encore chanter, danser et chatoyer la guitare. Son rock à elle est admiré par André Azoulay, conseiller du Roi, Mustapha El Mansouri, ancien patron du RNI, et Jamal Kilito, directeur par intérim de l’ONMT, tant de personnalités parmi d’autres qui ont assisté à la clôture. Par moment, Smith lève ses mains vers le ciel, remercie «Fès la fascinante», rend hommage à son père et appelle le public à danser. Ce fut l’un des grands moments de cette édition. Le prochain festival aura lieu du 13 au 21 juin 2014.

Mission accomplie

La mission de «l’esprit de Fès» a été accomplie lors de ce 19e festival des Musiques sacrées de Fès. En consacrant le programme du week-end à la Syrie, l’Afrique du Sud et aux Etats-Unis, les organisateurs ont voulu par là transmettre un message: utiliser l’art, la culture et la spiritualité comme enjeu fondamental pour la promotion de la paix et de la tolérance dans le monde et la lutte contre l’esclavagisme. La Syrie a été représentée par Assala Nasri pour le concert de jeudi et l’Afrique du Sud et les Etats-Unis par Ladysmith, les gospels, et Patti Smith qui ont émerveillé le public lors des deux derniers concerts.

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc