×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:4052 Le 13/06/2013 | Partager

Baccalauréat: Resserrement du dispositif anti-triche

Crédibilité
Arrestations, contrôles resserrés … rien n’y fait. La triche continuera de plus belle et les nouvelles technologies ne font que faciliter la tâche aux fraudeurs. Les jeunes optent pour la facilité au lieu de se creuser les neurones. Si seulement ils s’appliquaient autant dans la révision de leurs leçons, les taux de réussite seraient certainement meilleurs. Malheureusement, ils s’ingénient à inventer sans cesse de nouvelles méthodes de triche. Smartphones et réseaux sociaux sont utilisés pour diffuser l’information à des proportions jamais atteintes jusque-là. Décidément, la triche est un mal qui s’enracine dans la société marocaine. Si ça continue, la crédibilité même du baccalauréat serait remise en cause.
A. E.

Effet boule de neige?
Les phénomènes de tricherie ne sont pas anodins, leurs conséquences peuvent être très graves! Le diplôme s’en retrouve complètement décrédibilisé. C’est complètement injuste qu’une personne ayant travaillé toute l’année et bien géré ses révisions se retrouve avec la même note (dans le meilleur des cas) que ceux qui n’ont fait que tricher tout au long de l’année et durant l’examen! D’ailleurs, pour les études supérieures, la plupart des cursus sélectionnent les étudiants en fonction de la qualité de leur dossier. Ainsi, à force de tricherie, des personnes sans aucune compétence peuvent être parachutées à des postes importants. Avec une licence en poche, on peut enseigner dans les maternelles et primaires… Imaginons que ces licenciés n’aient fait que tricher et au bac et durant leur cursus universitaire… Est-ce cette nouvelle génération de professeurs à la tête vide que l’on souhaite pour nos enfants?
S. E.
Tricheurs = délinquants?
On blâme souvent les surveillants quand il y a tricherie. Il est évident que beaucoup laissent faire en toute conscience.
Seulement, il faut noter que les élèves sont de plus en plus violents et que, si certains surveillants ferment les yeux durant l’examen, c’est souvent parce qu’ils ne veulent pas être confrontés à cette violence. Les élèves arrivent à entrer dans les salles avec des armes blanches parfois.
Il est donc plus facile d’intimider les professeurs. De plus, la triche se fait de plus en plus malicieuse. Comme ce nouveau phénomène sur facebook. Comment voulez-vous que les surveillants fassent le poids face à cette tricherie 2.0?
M. A.

Les parents impliqués aussi
Malgré l’arsenal anti-triche qui vient d’être déployé par le ministère de l’Education nationale et la police, beaucoup de cas frauduleux ont été relevés. Des étudiants ont même été interpellés devant les établissements d’examens et des équipes de policiers ont contrôlé les pièces d’identité de toute personne se trouvant à côté d’un établissement. Ces mesures excessives allant jusqu’à l’emprisonnement  n’ont pourtant pas dissuadé tout le monde.
Parmi les stratégies adoptées, le recours aux «lapins». Ces derniers sont payés juste pour ramener les questions le plus tôt possible en dehors de la salle d’examen, d’autres équipes sont chargées de trouver les solution et de les diffuser à grande échelle sur les réseaux sociaux.
Le pire c’est que des parents participent à ces opérations en y mettant les moyens qu’il faut. L’année dernière un magistrat, son fils et même des enseignants ont été impliqués dans une vaste opération de fraude.
M. M.

 

Lettre ouverte au chef du gouvernement

LE Maroc vit actuellement des moments exceptionnels et qualifiés de graves par certains et historiques par d’autres. Oui, la nouvelle Constitution a prévu beaucoup d’articles qui, une fois mis en application permettraient un saut qualitatif dans les institutions politiques gouvernementales et parlementaires et même dans les domaines de droit comme la justice, l’égalité homme/femme, lutte contre la corruption, etc. Force est de constater qu’après un an et demi de pouvoir, les Marocains sont toujours en attente. Questions: Pourquoi le gouvernement ne veut pas ou ne peut pas organiser les élections municipales et régionales? Pourquoi les textes d’application interdisant de fumer dans les lieux publics ne sont pas sortis?
Pourquoi des décisions importantes concernant le travail dans le privé des médecins et des professeurs ont été très vite annulées? Pourquoi la libération du transport public est toujours en attente? Pourquoi aucune stratégie pour réduire le déficit de la Caisse de compensation n’est proposée au Parlement? Pourquoi les femmes ont été écartées de ce gouvernement? Pourquoi la CGEM ne collabore pas avec vous?
Pourquoi la réforme fiscale et l’introduction de l’impôt agricole à partir de 2014 ne sont pas déjà un sujet de négociation avec les professionnels?
Pourquoi vous ne donnez aucune explication au marasme économique malgré une croissance de presque 5%? Pourquoi la Bourse de Casablanca est en train de mourir?
Pourquoi les deux milliards réservés aux zones rurales et montagneuses ne sont pas encore entamés? Quelles solutions pour réduire notre déficit commercial? Etc..
Plusieurs points positifs néanmoins:
- La réforme de la justice est en marche depuis que Ramid est ministre
- Le non-payement des grévistes
- La timide lutte contre les accidents de circulation?
- La généralisation du Ramed
- La poursuite du plan Maroc Vert
- La recherche et développement qui devient un élément important de notre université. Il y a peut être d’autres points positifs, mais très peu visibles.
M. T.

 

Sécurité et entreprise
Vous avez abordé le problème de la sécurité sur les chantiers, les routes …
J’ai une question qui me taraude et que j’aimerais soumettre à votre compétence.
L’autoroute d’ El Jadida est ouverte à la circulation depuis plusieurs années.
Elle va être prolongée sur les directives de sa Majesté jusqu’à Safi. Or, le pont qui se situe sur cette autoroute juste à proximité d’Azemmour n’a jamais été mis en service dans sa totalité. Seulement une voie est utilisable. Ce qui signifie rétrécissement de chaussée et risque d’accident… Il n’y a jamais eu de travaux sur les voies condamnées. La situation est tellement durable que les panneaux de travaux sont scellés en dur. Tous les panneaux d’indication! On est en droit de s’intérroger sur cette situation qui me semble plus qu’anormale. Au moins du fait de sa durée.
Y. R.

Miel indien
A la veille du mois de Ramadan, les préparatifs des «chabbakia» et «briouat» commencent. Ces gâteaux consomment beaucoup de miel. Alors les commerçants marocains prennent les devants et importent des quantités importantes de miel de l’Inde dans des fûts et qui sont conditionnées dans des pots de plastique de 4,7 kg pour 220 DH. Alors que le miel du Maroc coûte minimum 200 DH/kg, 300, voire 500 DH. Question: Qui se fait arnaquer? Et pourquoi cette différence? Et pourquoi permettons-nous ces importations douteuses ?
M. C.

Routes: Des travaux qui durent une éternité
L’entrée de Had Soualem, passage obligé après la sortie de l’autoroute Casablanca, est en travaux d’élargissement depuis bientôt 2 ans... Sur environ 2 km avant l’entrée de Had Soualem, l’état de cette route est absolument impraticable... Ce ne sont pas des trous, mais de véritables tombes qui vous attendent de part et d’autre, rendant le passage des véhicules, très nombreux, extrêmement dangereux sans compter les différents niveaux de la chaussée... Comment les responsables peuvent-ils abandonner les travaux entamés depuis des mois sans les terminer et sans se préoccuper des centaines de véhicules qui passent par cette route pour aller vers Azemmour, Sidi Rahal et toute la région? Surtout à l’approche de l’été où elle est encore plus utilisée.
A. F.

Liaison internet
Tout le monde a entendu parler du développement des sociétés en Inde qui travaillent pour le compte des multinationales à distance grâce aux liaisons internet efficaces, sûres et rapides. Le Maroc perd cette possibilité et perd beaucoup de devises du fait que ses liaisons internet sont aléatoires, lentes et pas protégées! Résultat: le Maroc perd sur le plan humain et sur le plan économique et perd également sur le plan rayonnement. Dommage !
M. C.
Développement touristique
Je pense que l’intervention récente du ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, relative au développement touristique est justifiée, puisqu’elle s’inscrit  dans la continuité des réalisations des projets qui se rapportent au plan Azur. Développement qui repose sur des critères de durabilité, supportable à long terme sur le plan écologique, très viable sur le plan économique. Aussi et du fait  que le secteur du tourisme est considéré comme étant l’un des meilleurs  secteurs productifs, qui contribue de manière significative à la création d’emplois et à une recette considérable, en devises étrangères, il connaît aujourd’hui une réelle volonté politique émanant du ministère du Tourisme comme celle de développer et de continuer la réalisation des projets structurants dans la région du sud du Royaume. Elle a pour vocation de conforter les atouts de cette région côtière océanique, tout en répondant à une demande  croissante de la clientèle en terme de capacité luxueuse.
H. D.

Enfin!
Les formalités de permis de conduire ont été simplifiées après plus de 3 ans de calvaire. À l’occasion du changement de mon ancien permis, il y a un peu plus d’un an, j’avais écrit que les procédures mises en place sont un vrai parcours du combattant! J’ai dû parcourir plus de 40 km à Casa entre les différentes administrations pour avoir le dossier complet! Enfin, j’ai eu le nouveau permis après 6 mois d’attente ! Pour un circuit soi-disant informatisé! Bon! Enfin! Mieux vaut tard que jamais!
M. C.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc