×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Medi1 tv: «La rentabilité dans 3 ans»

Par L'Economiste | Edition N°:4052 Le 13/06/2013 | Partager
Une part d’audience de 7,5%
Le marché publicitaire en perte de vitesse
20% de production en externe

« D’ici janvier 2014, la grille des programmes de Medi1 tv sera totalement stabilisée entre information, magasine et divertissement », explique Abbas Azzouzi, PDG de la chaîne

Medi1 tv, la troisième chaîne du paysage audiovisuel national, va bientôt souffler sa troisième bougie. En trois ans d’existence, la chaîne tangéroise a pu s’imposer sur le paysage marocain. Abbas Azzouzi, PDG de la chaîne, revendique une part d’audience de 7,5%. Il dresse le bilan des réalisations.
- L’Economiste: Est-ce qu’aujourd’hui Medi1 tv a une orientation claire?
- Abbas Azzouzi: Depuis 3 ans, nous travaillons sur le repositionnement de la chaîne qui a été spécialisée dans l’information pour devenir plus généraliste. Nous avons construit une nouvelle grille dans l’optique d’asseoir une relation de proximité avec les téléspectateurs, avec du débat et du divertissement. Medi1 tv a gardé son savoir-faire dans le domaine des news en l’étoffant avec des magazines d’investigation. Nous avons également renforcé la partie débat avec des émissions comme Milaf Nikach.  Le divertissement est introduit progressivement avec de la téléréalité que nous produisons et de la fiction. La chaîne diffuse 3 émissions d’investigations qui sont bien installées. Il nous faut encore une bonne émission de divertissement pour stabiliser la grille. D’ici janvier 2014, elle sera totalement stabilisée entre information, magasine et divertissement. L’ensemble de ces programmes nous ont permis de construire une audience et de la monétiser.
- Justement, comment évolue votre audience?
- Nous nous basons sur une mesure que nous faisons nous-mêmes (ndlr avec  Créargie) parce que nous ne sommes pas dans le Ciaumed. L’audience a été multipliée par dix pour arriver à 7,5% fin 2012. Cela fait deux ans et demi que nous essayons de rentrer dans le Ciaumed, sans réponse. Cependant, les discussions viennent de reprendre et j’ai bon espoir pour que cela se fasse avant la fin de l’année. C’est clairement une volonté de notre part d’y adhérer. Comme le contrat avec Marocmétrie arrive à terme, il vient d’y avoir un nouvel appel d’offres pour le choix d’un nouveau prestataire. Actuellement, il y a une remise à plat des modalités de mesure. Pour nous, c’est une opportunité d’arriver à ce moment-là.
- Où en sont vos ambitions sur le Maghreb?
- Medi1 tv propose des émissions de débat autour des questions qui intéressent ces communautés. Actuellement, nous sommes en train de mesurer notre part d’audience sur l’Algérie et la Tunisie. Les résultats seront prêts début juillet. Le Printemps arabe a été dévastateur pour les médias traditionnels. Nous ciblons également les communautés maghrébines à l’étranger. Ces communautés sont à la recherche d’un lien identitaire avec le pays d’origine. Mais elles veulent que cela se fasse dans un format moderne pour ne pas revenir au temps de leurs parents. Les langues et notre façon de traiter les sujets parlent davantage à ces personnes.
- Quel mix faites-vous entre la production interne et externe?
- Ce qui est produit en externe est très faible chez nous. Il ne dépasse pas les 20%.
- Comment évolue le marché publicitaire ?
-2011,2012 et 2013 sont des années de régression. Le marché recule de 11% par an. S’y ajoute une réduction de la part de la télé. Par rapport à un tel marché, nous ne pouvons que croître vu qu’on partait  de zéro. Medi1 tv grignote chaque année des parts de marché mais il reste beaucoup à faire pour arriver à un niveau satisfaisant.
-Et donc dégager des bénéfices… Comment se portent les finances de la chaîne?
- Si les conditions de marché évoluent favorablement, Medi1 tv pourrait dégager du bénéfice d’ici 3 ans. Aujourd’hui, nous perdons de l’argent. Nous ne communiquons pas sur notre chiffre d’affaires et notre résultat.
 - Est-ce que vous avez une offre particulière pour ce mois de Ramadan?
- Nous aurons une grille qui s’articule autour de la spiritualité, l’histoire, la civilisation et la convivialité. Cela se fera avec des fictions historiques. La marque de fabrique de la chaîne est les talkshows en direct. Par contre, nous ne ferons pas de sitcom. Nous avons pour vocation d’apporter quelque chose de nouveau et non pas refaire ce qui se fait ailleurs. Lorsque vous faites une sitcom, vous êtes coincés par les acteurs. Les personnes qui maîtrisent le sujet sont déjà bien identifiées avec d’autres chaînes. Nous allons plutôt vers des formats différents comme la comédie plutôt que l’humour de situation.  
- Est-ce que vous trouvez localement toutes les compétences techniques dont vous avez besoin?
- Les difficultés que nous avons au Maroc tournent autour de la lumière, donc les directeurs photos et artistiques. Malheureusement, nous avons très peu de personnes qui maîtrisent ces métiers techniques. Par conséquent, nous sommes obligés d’avoir recours à des compétences étrangères mais avec un transfert systématique du savoir-faire à nos équipes. Ce sont des métiers qui nécessitent d’être constamment stimulés.


Propos recueillis par Ilham BOUMNADE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc