×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

A Tinghir, la vie au-delà des mines

Par L'Economiste | Edition N°:4050 Le 11/06/2013 | Partager
Managem très actif dans les projets sociaux
Priorité à l’éducation, la santé et la valorisation du travail des femmes
Une enveloppe de 10 millions de DH pour un plan de développement sur 3 ans

Pour lutter contre le décrochage scolaire, le groupe Managem a mis un bus scolaire à la disposition des enfants du village de Timadrouine

Managem a lancé jeudi 6 juin son Plan stratégique de valorisation des zones minières. Le groupe minier vient d’inaugurer 4 projets à caractère social dans la province de Tinghir (dans le sud-est, non loin de Ouarzazate). C’est la première région à bénéficier d’un plan de développement initié par la Société métallurgique d’Imiter (SMI), filiale du groupe Managem. Ce plan inclut 37 projets à mettre en place d’ici 2015, et pour lesquels une enveloppe globale de 10 millions de DH a été allouée. L’objectif étant le développement économique et social des populations riveraines du site minier d’Imiter. Coût global des projets mis en place dans la province de Tinghir: plus de 1,7 million de DH, financé par le groupe minier, en partenariat avec les associations et collectivités locales.
A travers ces actions, Managem concrétise les 5 conventions de partenariat signées le 18 janvier dernier à Tinghir entre le groupe éponyme et les représentants des associations locales, de la commune de Ouaklim et de la délégation régionale de l’éducation nationale de Tinghir. Cette date a rassemblé le gouverneur de la province, Lahcen Aghoujdame, le DG des métaux précieux de Managem, Youssef El Hajjam, et Mohammed Cherrat, directeur des RH et de la communication du groupe. Ceux-ci étaient présents également lors de l’inauguration officielle de ces projets. Le Forum des alternatives Maroc (FMAS), le réseau associatif de Zagora pour le développement et la démocratie (RAZDED), certains parlementaires et représentants de la commune ont également été mis à contribution dans cet engagement envers la population de la région.
Pour le 1er projet, 172.000 DH ont été investis par Managem pour l’équipement d’un centre d’hémodialyse à Tinghir. Pour se soigner, les patients souffrant d’insuffisance rénale devaient se déplacer jusqu’à Ouarzazate (à 164 km). Pour pallier cette situation, une convention a été signée avec l’association d’hémodialyse Er-Rahma et la délégation provinciale de la santé. De plus, une enveloppe de 750.000 DH a été allouée à la réhabilitation et l’équipement de centres destinés aux femmes de 6 douars de la commune de Ouaklim. Un projet lancé en novembre et finalisé en mars dernier. Plusieurs ateliers de broderie et de couture sont ainsi mis à la disposition de ces femmes qui auront l’opportunité de commercialiser leur production après le mois de Ramadan à Casablanca (un stand leur sera offert à Marjane ou aux Twin Center).  Leur séjour étant pris en charge par le groupe Managem.Par ailleurs, la SMI a financé la construction d’une école et d’un logement de fonction pour le professeur affilié à Sidi Ali Aoubourg (commune de Ouaklim). Un projet ayant nécessité un budget de 450.000 DH. L’école est aujourd’hui dotée de 2 classes accueillant les enfants nomades de la région (46 élèves dont 27 filles). Ce projet fait suite à la signature d’une convention entre la SMI et la délégation régionale de l’éducation nationale. Une convention portant sur l’organisation d’activités parascolaires au profit des élèves des communes rurales d’Imider et Ouaklim (soutien à la rentrée scolaire, caravanes médicales, colonies de vacances…). D’ailleurs, lors de son allocution officielle, le gouverneur a promis de faire en sorte que ces élèves partent en colonie de vacances dès cet été avec la contribution de Managem.
Ahmed El Maslahi, professeur de cette nouvelle école, dit aimer ce métier qu’il qualifie de mission. «Comment l’exercer autrement? D’ailleurs, même les parents sont heureux de trouver cette structure près de chez eux, permettant à leurs enfants d’étudier. Les mentalités évoluent, les deux tiers des écoliers étant des filles», ajoute El Maslahi. Seulement, quelques problèmes persistent, notamment le transport et l’accès à l’eau et à l’électricité. Dernier projet inauguré: l’achat d’un minibus de transport scolaire (350.000 DH) pour les enfants du village de Timadrouine dans la commune de Ouaklim. Cet achat ayant pour objectif la promotion de l’éducation en zone reculée et permettant le transport d’une vingtaine d’élèves du village. La convention à l’origine de cet achat a été signée avec l’Association de l’environnement et du développement de Timadrouine. Mohammed Rachidi, SG de l’association, se dit satisfait de cette avancée. Il attend néanmoins plus de Managem. «Jusque-là, seulement 5 personnes de notre commune ont été employées par le groupe. Nous espérions qu’il y en ait au moins une centaine par douar».
Cet engagement envers la population locale était fort attendu. En effet, un conflit social de grande ampleur avait opposé la SMI et la population d’Imider (à 30 km de Tinghir) pendant plus d’un an. Celle-ci accusait le groupe d’exploiter les ressources de la localité sans en faire profiter sa population. Pour rappel, les riverains avaient pris en otage le puits qui alimente la mine et étaient en sit-in à partir du mois d’août 2011 en protestation contre la précarité de leurs conditions de vie. Leurs revendications: plus d’emplois pour les jeunes, des mesures pour la santé, l’agriculture et l’éducation.
Pour apaiser les tensions, la SMI s’est engagée à renforcer ses actions au profit de la population locale et en faveur du développement durable.
Mais encore aujourd’hui, certains reprochent au groupe de «lancer de la poudre aux yeux pour mieux exploiter les ressources en eau de la région». Une aberration selon Mohammed Cherrat: «Le groupe n’utilise qu’entre 1,1 et 1,5 mètre cube d’eau par tonne allouée au site minier, ce qui reste un taux très faible… D’ailleurs, si nous appauvrissions la région en eau, les surfaces cultivées ne seraient pas passées du simple au double depuis les années 1960». Cherrat parle également d’un projet d’utilisation des eaux usées de Tinghir en collaboration avec l’Onep.
Groupe industriel coté en Bourse, Managem a enregistré un chiffre d’affaires de plus de 3,4 milliards de DH en décembre 2012. Fort de ses 21 unités industrielles, le groupe est aussi présent dans trois pays africains: le Gabon, la République démocratique du Congo et le Soudan, avec l’Ethiopie en ligne de mire.

Sanaa EDDAÏF

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc