×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casablanca/TGV
Panique chez les expropriés

Par L'Economiste | Edition N°:4050 Le 11/06/2013 | Partager
Plusieurs terrains et habitations de Bouskoura impactés par le tracé de la ligne Tanger-Casa
Le plan d’aménagement de cette commune entre les mains des ministères

LE TGV fait encore des mécontents. Et c’est dans la municipalité de Bouskoura, relevant de la province de Nouaceur, que les voix se sont, cette fois-ci, élevées pour contester le tracé de la future ligne de train à grande vitesse (LGV) Tanger-Casablanca. Et pour cause, le nouveau plan d’aménagement de cette zone est finalisé et sera bientôt homologué. Toute réclamation sera dès lors vaine vu que les dispositions du plan seront irrévocables.
Les plaintes se sont multipliées ces derniers jours et plusieurs propriétaires de terrains et de constructions, dont de prestigieuses villas habitées, s’opposent fortement au projet de la LGV portant, en effet, atteinte à leurs intérêts. «Ma villa, érigée sur un terrain de 3.600 m2 dont 1.000 m2 habitables, est impactée à 100% par le chantier», indique un propriétaire. «C’est une injustice et une véritable catastrophe pour moi et pour d’autres personnes possédant des centaines d’hectares de terrains et d’habitations, alors qu’on aurait pu éviter au moins les villas habitées», ajoute-t-il. «Je possède un terrain de 2,8 hectares qui est touché à 30% par la future ligne», déplore une autre personne. Pour ces victimes du tracé de la LGV, «l’Oncf pouvait éviter leur expropriation, puisqu’autour de leurs habitations se trouvent des terrains non encore bâtis». «Nous ne sommes pas contre l’intérêt général ou l’utilité publique, mais contre le tracé qui devrait être révisé», tient à souligner le premier propriétaire.
Contacté par L’Economiste, le service chargé de la planification et la gestion urbaine à l’Agence urbaine de Casablanca affirme que «le plan d’aménagement de la commune urbaine de Bouskoura figure parmi les projets les plus concertés que mène l’établissement». «Le tracé de la LGV est définitif, puisqu’il relève d’une décision de l’Etat. Son élaboration a fait l’objet d’études techniques très poussées réalisées par des bureaux d’études expérimentées», explique le responsable. Allusion faite à l’impossibilité de dévier le trajet de la future ligne qui occupe, depuis son point de départ jusqu’à son arrivée, 100 mètres de large. Du côté de l’Oncf, les responsables sont restés injoignables.

Les expropriations lancées juste après l’homologation du plan d’aménagement

En tout cas, l’Office national des chemins de fer devrait procéder, dès l’homologation du plan d’aménagement de Bouskoura, aux expropriations pour livrer le projet dans les délais. Une fois le nouveau plan publié au BO, les propriétaires pourront déclencher eux-mêmes la procédure d’indemnisation. Pour ce faire, ils devront formuler des réclamations et les déposer auprès de l’Oncf pour revendiquer leurs droits. L’expropriation se fera à l’amiable ou, en cas de désaccord, par voie judiciaire, recours qui prend généralement beaucoup plus de temps.

L’enquête publique en août

LA commune rurale de Bouskoura, devenue municipalité depuis 2009, sera dotée d’un nouveau plan d’aménagement. Suite au dernier découpage administratif, sa superficie a rétréci en faveur du territoire de l’arrondissement de Aïn Chock, mais sa surface urbanisable a plus que doublée par rapport à l’ancien plan. Les études élaborées dans ce sens par l’Agence urbaine de Casablanca sont aujourd’hui achevées. Le projet de plan a été soumis le 3 juin au Comité technique local (CTL), conformément à la loi 12-92 relative à l’urbanisme. Présidé par le gouverneur de la province de Nouaceur, Lahbil El Khatib, le CTL réunit l’ensemble des administrations concernées par le document d’urbanisme, à savoir la Protection civile, la Sûreté nationale, les ministères de la Santé, de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, etc.
Les différents services disposent d’un délai de 15 jours pour émettre leurs avis, à compter de la date de soumission du document. Des corrections seront ensuite effectuées pour tenir compte de leurs recommandations. Le projet sera juste après soumis à l’examen des conseils communaux concernés qui devront formuler leurs propositions dans le délai de deux mois, à compter de la date à laquelle ils seront saisis. Une enquête publique d’un mois se déclenchera parallèlement à cette étape, permettant ainsi aux citoyens de prendre connaissance du projet et d’émettre d’éventuelles observations. Cette étape interviendra, selon un responsable de l’Agence urbaine, au mois d’août prochain. Des avis seront insérés dans les journaux et le plan sera affiché au siège de la commune de Bouskoura. Avant d’être soumises à l’administration, toutes les remarques et critiques formulées par le public seront étudiées par le conseil communal lors de son examen du projet. Notons, toutefois, qu’une fois l’enquête publique clôturée, le plan d’aménagement deviendra opposable. En clair, tout chantier de construction et de plantation ainsi que toute création de lotissements ou de groupes d’habitations ne pourront être autorisés que s’ils sont conformes aux prescriptions du nouveau plan.

Bouchra SABIB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc