×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Emprunt international
BMCE et AWB sur les pas du Trésor

Par L'Economiste | Edition N°:4047 Le 06/06/2013 | Partager
Les deux groupes espèrent mobiliser 1 milliard de dollars
Les fonds serviront à financer leur important plan de développement

Tension sur les liquidités, renchérissement du coût de financement… ce sont autant de raisons, en plus des conditions favorables obtenues par le Trésor dernièrement, qui poussent AWB et BMCE Bank à sortir sur le marché financier international. BMCE Bank semble plus avancée sur le projet

Attijariwafa Bank et BMCE Bank vont mobiliser chacune 500 millions de dollars sur le marché financier international. La dernière sortie du Trésor, la deuxième en l’espace de six mois, à des conditions avantageuses, a fini par convaincre les deux institutions financières à tester leur cote sur les marchés étrangers. Mais là n’est pas la seule raison. La pression sur les ressources bancaires n’est toujours pas redescendue. Les dépôts de la clientèle progressent lentement. En outre, les besoins des banques ne sont pas totalement comblés par les refinancements auprès de la banque centrale.
Elle a injecté 41 milliards de DH sur le marché monétaire lors de sa dernière intervention contre une demande de 72 milliards de DH des banques. BAM intervient également à travers des refinancements à 3 mois. Les autres sources de financement sont aujourd’hui moins attractives, notamment les émissions de certificats de dépôts compte tenu du renchérissement du coût. Les conditions actuelles du marché rendent plus pertinent l’activation de nouvelles sources de financement. Au-delà des banques, d’autres grandes entreprises pourraient envisager des opérations sur le marché international.
Les promoteurs immobiliers ne cachent pas leur intérêt pour cette piste. En attendant, BMCE Bank semble un peu plus avancé sur son projet. Elle émettra donc 500 millions de dollars sur cinq ans à un taux fixe. Les obligations seront cotées à la Bourse du Luxembourg. Le groupe bancaire sera conseillé par BMCE Capital, Barclays, BNP Paribas et Citibank pour l’opération. Les trois établissements étrangers faisaient déjà partie des banques accompagnatrices pour l’opération du Trésor.
En dehors du financement de l’économie, la levée de fonds permettra au groupe bancaire de financer son plan de développement au Maroc et sur le continent. L’objectif affiché par le groupe est de couvrir l’ensemble du continent dans les 10 à 15 prochaines années. Celui de Attijariwafa bank est tout aussi important.
La filiale de SNI mobilisera près de 8 milliards de DH dont une partie à l’étranger d’ici 2017 pour financer son expansion au Maroc et sur le continent. Elle envisage de couvrir l’ensemble des pays d’Afrique du Nord, de l’Ouest et de la partie centrale du continent à l’horizon 2015.
F. Fa.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc