×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Focus
Sommet Laureate pour la jeunesse et l’emploi
Des recettes pour l’employabilité

Par L'Economiste | Edition N°:4045 Le 04/06/2013 | Partager
Le sommet de Madrid, l’occasion pour discuter du fléau du chômage dans le monde
La formation doit rattraper les besoins du marché du travail
Les stages, un atout primordial pour habituer les jeunes à l’univers de l’emploi

Le panel des perspectives du gouvernement lors du Sommet Laureate pour la jeunesse et l’emploi a porté sur la politique à adopter en Europe afin de mettre fin aux taux accrus de chômage dans certains pays 

Près de 250 participants qui représentent à peu près une dizaine de pays (Maroc, Portugal, USA, etc.) et 23 intervenants dont des spécialistes de l’éducation, des directeurs de départements de l’emploi et d’autres, étaient au rendez-vous. «Le sommet Laureate pour la jeunesse et l’emploi» organisé par le Réseau lauréate international universities (RLIU et dont l’université internationale de Casablanca est membre) à Madrid le 21 mai, était une grand-messe sur la réflexion concernant la situation des jeunes et de l’emploi dans le monde. D’ailleurs, le choix de l’Espagne n’est pas fortuit. Il tient compte de la situation critique du taux de chômage que connaît ce pays. L’ancien président américain Bill Clinton à l’origine de cette initiative était présent à cette occasion. Ce sommet a été aussi honoré par la présence du Prince des Asturies, Felipe de Borbon. Cette journée a été marquée par la présentation de deux conférences: l’une sur la situation critique du taux de chômage et l’autre sur la relation entre l’université et l’emploi en Europe. Durant la journée, trois panels ont été organisés qui portent sur les perspectives de l’emploi, de l’éducation et les orientations des gouvernements européens afin de remédier au manque d’emploi dans le monde. Toutes les discussions et les conférences ont été retransmises en live streaming dans divers campus à travers 5 pays: Etats-Unis, Maroc, Espagne, Portugal et Turquie. Grâce à cette technologie, plusieurs acteurs de l’emploi et de l’éducation à travers le monde ont pu assister en live à ce sommet. Cet événement à l’échelle internationale a aussi regroupé différents leaders déterminants qui font partie des gouvernements, de l’enseignement et du monde des affaires. Les pauses café étaient un vrai moment d’échanges interculturels entre les différents participants issus de diverses nationalités. Cet espace de réflexion a permis d’aboutir à un certain nombre de recommandations en matière de perspectives des employeurs, des éducateurs et des membres du gouvernement pour lutter contre le chômage afin d’améliorer l’employabilité des jeunes. Cette problématique est partagée entre l’ensemble des intervenants et des participants. Toutefois, elle diffère selon les considérations économique, politique et sociale ainsi que les moyens dont dispose chaque pays. L’une des recommandations majeures de cette journée est d’adapter les formations universitaires aux profils demandés sur le marché du travail. Les DRH ont aussi parlé de l’importance qu’il faut accorder aux stages effectués lors du cursus de la formation et le droit de regard des professionnels sur le contenu des études. Une délégation marocaine composée d’Abdelkerim Guergachi, DRH de BMCI et président de l’AGEF, Marouane Tarafa, PDG de la Somed, et Anouar Alaoui Ismaili, directeur régional de l’Anapec, s’y est également rendue afin de collecter les données qui pourront intéresser le pays en matière d’éducation et d’emploi.

La recherche scientifique renforcée

Dans l’optique de développer la recherche scientifique, l’Université internationale de Casablanca (UIC), membre du Réseau lauréate international universities, vient de signer une convention avec l’Institut nationale des postes et télécommunication (INPT). Les deux établissements supérieurs veulent créer des canaux de transmission de la recherche à travers l’amélioration des compétences des enseignants et des étudiants sur une durée de deux ans renouvelables. Grâce à ce partenariat, les professeurs de l’INPT vont poursuivre une formation offerte par le réseau Laureate. Ils comptent également procéder à des échanges d’enseignants dont l’objectif est de partager les connaissances et les expériences. Cette convention vient aussi accompagner l’ambition de l’INPT à développer l’esprit d’initiative et de communication chez les ingénieurs en technologie d’information. Un échange d’étudiants aura lieu entre l’UIC et l’INPT afin de participer à des travaux de recherche communs. L’UIC mettra à la disposition de ces futurs ingénieurs toutes les ressources humaines et financières nécessaires. Dans une ambition encore plus large, il y a la possibilité de codirection des étudiants doctorants de l’INPT par les professeurs de l’UIC.

Rajaa DRISSI ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc