×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Loreen: «Fière de me produire dans mon pays d’origine»

Par L'Economiste | Edition N°:4044 Le 03/06/2013 | Partager

La première rencontre de Loreen avec le public s’est très bien passée ! Malgré l’impatience du public de voir Enrique Iglesias, dont elle faisait la première partie, elle a réussi à capter toute son attention avec son énergie, sa voix et quelques mots en arabe

Loreen, la star suédoise d’origine marocaine dont le nom complet est Lorine Zineb Nora Talhaoui, s’est produite au festival Mawazine en première partie d’Enrique Iglesias. Même ceux qui ne la connaissaient pas ont été entraînés par son énergie sur scène, et l’interaction qu’elle crée avec son public. 

- L’Economiste : Votre appréciation sur  le festival  Mawazine ?
- Loreen : Premièrement, je tiens à signaler ma satisfaction pour la participation à cet événement artistique. Pour moi, ce festival constitue  une plateforme qui permet à de grandes stars de venir jouer devant le public marocain. On peut le considérer également comme une belle ouverture sur les autres cultures.

- Votre parcours professionnel a débuté en 2004. Or, votre premier album Heal est sorti l’année dernière, l’année où vous aviez remporté le concours d’Eurovision de la chanson 2012. S’agit-il des premiers fruits de cette consécration ?
- Il faut signaler que depuis 2005, mon répertoire se distingue déjà par quelques  chansons. J’ai déployé des efforts pour me frayer une place sur la scène nationale et internationale. Ce qui m’a permis de remporter par la suite  l’édition du concours Eurovision édition 2012. On ne peut pas nier l’effet positif de ce succès sur ma carrière artistique. 

- La musique est considérée comme un ambassadeur auprès des autres. Comment peut-on apprécier cela dans vos chansons?
- Effectivement la musique  pourra rapprocher les peuples. Dans mon répertoire, souvent il y a un message  qui provient du profond de mon cœur.

- Peux-on dire qu’avec Mawazine, les liens de Loreen vont se renforcer davantage avec  le pays d’origine ?
- Je dois signaler tout d’abord ma fierté de participer à Mawazine et me trouver  au Maroc, pays de mes parents. Pour moi c’est une opportunité de jouer devant le public marocain, ce qui va sans doute susciter  chez moi des sentiments et éventuellement ouvrir des perspectives pour l’avenir.


Propos recueillis par N. E. A.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc