×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le crédit toujours au ralenti

Par L'Economiste | Edition N°:4044 Le 03/06/2013 | Partager
Sa progression n’atteint même pas 4% à fin avril
Toutes les catégories impactées excepté l’immobilier
Hausse du coût, baisse de la demande… les principales causes

Ça ne s’arrange pas ou peu pour le crédit bancaire. Au terme du mois d’avril, son rythme de croissance s’est certes légèrement amélioré (+0,7% à 704 milliards de DH) d’un mois à l’autre mais il n’arrive toujours pas à retrouver son niveau d’avril 2012 (3,9% à peine contre 6,8%).
Le ralentissement du crédit est expliqué, selon les professionnels, par un recul de la demande notamment. L’augmentation du coût du crédit sur toutes les catégories a pour effet d’effrayer une bonne partie de la clientèle bancaire. En plus de la hausse des taux d’intérêt, les banques serrent la vis du crédit. «Etant donné la montée des risques et l’assèchement chronique des liquidités, les établissements bancaires sont de plus en plus sélectifs pour l’octroi de crédit», argue un banquier. En effet, les banques sont plus pointilleuses que par le passé au moment de la demande de crédit et ce même pour la clientèle des particuliers (salariés notamment) qui est réputée moins risquée. Que dire alors des entreprises? «Nous les suivons au cas par cas, en fonction de leurs perspectives d’évolution et de développement», affirme notre banquier. Ceci dit, les chiffres attestent d’une décélération des prêts de trésorerie accordés aux agents non financiers.
Selon Bank Al-Maghrib, leur taux d’accroissement est revenu de 9 à 4,1% en un an. Pire, les crédits à l’équipement accordés aux sociétés non financières qui sont généralement destinés à financer leurs investissements dans l’outil productif ont, carrément,  reculé de 1,7% après la hausse de 3,2% enregistrée en avril 2012. Ces crédits ont ainsi baissé de 13,6% dans les activités de transports et communications puis de 18,5% dans les industries manufacturières.   Seuls les crédits immobiliers maintiennent leur niveau de progression (7,3% contre 7,6%). Cette évolution recouvre, cependant, une décélération aussi bien des prêts accordés aux sociétés non financières privées de 12,2 à 8,4%, que de ceux alloués aux particuliers de 9,6 à 8,1%. Les concours accordés aux promoteurs immobiliers se sont, pour leur part, appréciés de 3,7% contre une baisse de 2,4% en avril 2012.
Si au niveau des crédits l’évolution est timide, au niveau des dépôts, ce n’est guère mieux. Au terme du quatrième mois de l’année, l’épargne des Marocains bancarisés (57% de la population) n’a progressé que de 5,2% en un an pour atteindre 678 milliards de DH). Rapportée aux crédits à l’économie, la faible proportion d’épargne continue d’impacter les besoins de liquidité du système bancaire.

La hausse des impayés se maintient!

Si les banques sont de plus en plus regardantes dans l’octroi du crédit, c’est aussi en raison de la flambée des impayés. Même si le rythme de progression du taux de créances en souffrance se réduit d’un mois à l’autre, il demeure à un niveau élevé comparativement à la même période de 2012 (10,4%). Le montant des impayés s’est ainsi hissé à fin avril à près de 38 milliards de DH. Ce qui est peu négligeable.

M. A. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc