×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tayyip Erdogan en VRP exceptionnel au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:4044 Le 03/06/2013 | Partager
Le Premier ministre turc en visite officielle ces 3 et 4 juin
Les relations économiques restent à densifier malgré l’accord de libre-échange
Sur le plan diplomatique, Rabat et Ankara sur la même ligne

En dix ans au pouvoir, Tayyip Erdogan et l’AKP ont réussi à transformer l’économie turque et posé des fondations durables de la “normalisation” de la démocratie en réduisant l’influence politique des militaires. Mais le modèle s’épuise, comme le montre les violentes manifestations urbaines de ces derniers jours

Le Premier ministre turc Tayyip Erdogan entame sa visite officielle aujourd’hui à Rabat en ayant l’oreille tendue à Istanbul où, depuis plusieurs jours, une manifestation contre un projet de requalification urbaine a mué en un mouvement de protestation sans précédent contre la poltique générale de son gouvernement. Malgré cette tempête, les Turcs lui savent gré d’avoir réussi, en dix ans au pouvoir, une transformation radicale de leur économie et posé définitivement les fondations de la démocratie dans leur pays même si tout n’est pas parfait. Erdogan a reculé sur tous les points pour essayer de calmer le jeu. Cette transformation est regardée avec beaucoup d’admiration dans les pays arabes, qui le considèrent comme un vrai benchmark. Dans le volet économique de sa visite, l’un des rendez-vous importants d’Erdogan est le Forum d’affaires qu’il présidera ce lundi à Rabat. Il réunira les opérateurs économiques des deux pays. 300 chefs d’entreprises font partie de la délégation qui l’accompagne, ce qui est un indice de l’importance qu’accordent les milieux économiques turcs au Royaume, perçu comme un marché à haut potentiel. Les entreprises turques sont d’ailleurs très actives au Maroc depuis la conclusion de l’accord de libre-échange en 2004 entre Rabat et Ankara. Elles ont enchaîné des succès sur des grands marchés publics qui étaient jadis la chasse gardée des groupes français et italiens. Sur les autoroutes et les réseaux de distribution d’électricité, entre autres. Une partie des travaux du réseau de tramway à Casablanca a également été réalisée par une société turque. Cette percée turque sur le marché marocain a aussi permis au Maroc de diversifier ses partenaires et de mieux profiter de cette concurrence. Pour l’instant, les relations économiques sont surtout propulsées par les échanges commerciaux et moins par l’investissement des groupes turcs au Maroc. La seule exception sur ce plan est le groupe de ditribution BIM qui, en quelques années, a réussi à implanter, avec succès, un concept de petit commerce de proximité. Les échanges commerciaux entre les deux pays, dans le cadre de l’accord de libre-échange, ont réalisé un accroissement de 17,7% à 7,4 milliards de dirhams en 2011 contre 6,3 milliards en 2010. Cette croissance est dynamisée par la forte progression des importations côté marocain : +28,9%. Résultat, la balance commerciale est largement déficitaire pour le Maroc et va en s’accentuant. En 2011 (dernières données disponibles), il s’élevait à 3,13 milliards de dirhams. Le taux de couverture s’établit à 40,3%, soit 8 points de son niveau global.
Le Maroc a acheté à la Turquie pour 5,3 milliards de dirhams en 2011 (source: Office des changes). Les principaux produits importés de ce pays sont constituées principalement de fils, barres et profilés en fer, de l’acier et demi-produits en fer ou en aciers ainsi que des produits alimentaires.
Les exportations du Maroc à destination de la Turquie, réalisées dans le cadre de l’accord de libre-échange, ont porté sur 2,1 milliards de dirhams en 2011, en baisse de 3,3%. Sur le plan politique le Maroc et la Turquie affichent les mêmes positions sur le dossier syrien où Ankara est en première ligne. La crise syrienne devrait être un des sujets d’échange entre le Premier ministre turc et les autorités marocaines. Les dix ans de pouvoir d’AKP ont considérablement augmenté le poids diplomatique de la Turquie sur la scène internationale. Ankara est aujourd’hui plus qu’une puissance régionale au Moyen-Orient.

Des réformes entamées depuis la fin des années 1990

Des réformes macroéconomiques structurelles ont permis à la Turquie de connaître une reprise vigoureuse après la crise: la croissance y a avoisiné 9% en 2010-2011, accompagnée de la création de nombreux emplois. Cette dynamique devrait être poursuivie cette année avec un taux de croissance réel attendu de 8,5% au moment où les principaux partenaires européens d’Ankara sont à la peine. Le PIB par habitant est estimé à 15.604 dollars (en parité de pouvoir d’achat). Cela équivaut à cinq fois celui du Maroc avec un peu plus du double de sa population. La Turquie compte 70 millions d’habitants contre 32,5 millions pour le Royaume. De l’éducation à la politique des subventions en passant par la politique monétaire, l’économie turque doit sa santé actuelle aux réformes structurelles douloureuses mises en oeuvre vers la fin des années quatre-vingt-dix et au début des années 2000. Elle peut compter sur une importante base d’entreprises à taille intermédiaire et un socle de grands groupes internationaux.
A noter quelques ombres dans ce tableau: le déficit des paiements courants s’est creusé pour atteindre environ 10% du PIB tandis que l’inflation des prix à la consommation est répartie à la hausse (10%) soit cinq fois le niveau au Maroc.

A. S.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc