×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

L’Office des changes s’initie à l’anti-corruption

Par L'Economiste | Edition N°:4044 Le 03/06/2013 | Partager
Un accord de partenariat avec l’ICPC de Abdeslam Aboudrar
Une cartographie des risques de corruption sera élaboré
Un système de gestion des plaintes est indispensable

Après l’IGF et l’Université internationale de Rabat, l’Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC) a signé un accord de partenariat avec l’Office des changes. L’objectif est de promouvoir les principes de bonne gouvernance et la mise en place des mécanismes de prévention de la corruption. Il s’agira de «développer des synergies entre les deux institutions dans le renforcement de la transparence et l’amélioration de la gouvernance consacrés par la Constitution», a affirmé Jaouad Hamri, directeur de l’Office des changes. Un plan d’action pour mettre en œuvre cette coopération, qui s’étendra à plusieurs domaines, sera élaboré. Ainsi, des études et des analyses seront menées de façon coordonnée par les deux partenaires pour élaborer une cartographie des risques de corruption. Le but est de mettre en place une stratégie spécifique pour démanteler les mécanismes, a noté Abdeslam Aboudrar, président de l’Instance. Ce dernier s’est engagé à accompagner l’Office et à lui apporter l’assistance nécessaire dans la mise en œuvre des bonnes pratiques de gouvernance des entreprises et établissements publics. L’idée est également de mettre en place un code d’éthique au sein de l’Office des changes pour la promotion des valeurs d’intégrité et de transparence.
Des ateliers et des conférences seront organisés dans le but de sensibiliser le personnel à l’importance de ces valeurs dans la prévention et la lutte contre la corruption. Le président de l’ICPC a insisté sur la mise en place d’un système de gestion des plaintes contre les cas de corruption. Il a cité l’expérience menée avec la CGEM avec «Stop corruption». Surtout que depuis l’adoption de la loi qui protège les dénonciateurs des actes de corruption, le système d’alerte commence à donner ses fruits, a souligne Abdeslam Aboudrar. Toutefois, il a regretté le retard dans l’approbation du projet de loi qui élargit les attributions de l’ICPC pour les étendre à l’investigation.
Le texte est encore dans le circuit administratif. En tout cas, le suivi et l’évaluation de la mise en pratique des dispositions de la convention seront assurés par un comité conjoint.
Outre la réalisation des projets communs arrêtés, il sera chargé d’identifier d’autres domaines d’action. De son côté, Jaouad Hamri a rappelé que la signature de cette convention de partenariat intervient dans un contexte marqué par une dynamique de changement et des réformes engagées. En effet, ces dernières années, l’Office des changes a lancé des chantiers afin d’optimiser son mode de fonctionnement et de répondre aux exigences de modernisation des établissements publics. D’ailleurs, une nouvelle organisation a été mise en place en octobre 2012 qui a instauré le principe de collégialité dans la prise des décisions. Le projet de loi, qui prévoit la mise en place des organes d’administration, de gestion et de contrôle, notamment le conseil d’administration et le comité d’audit, est en cours de validation au sein du ministère de l’Economie et des Finances avant sa transmission au SGG.


M. C.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc