×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie Internationale

Croissance/Mena
Comment le pétrole va changer la donne?

Par L'Economiste | Edition N°:4038 Le 24/05/2013 | Partager
Les fournisseurs mettent les acheteurs sous pression
Une accélération de l’inflation est prévue même au Maroc

Une croissance d’environ 3,1%  dans toute la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, prévoit le FMI dans ses perspectives économiques régionales de mai 2013. Ses économistes expliquent comment l’impact du pétrole va réduire les différences entre les régions en raison d’une réduction de la production d’hydrocarbures dans les pays exportateurs et d’une légère reprise économique dans les pays importateurs.
• Pays exportateurs de pétrole:
La croissance des pays exportateurs de pétrole de la région (Algérie, Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Iran, Irak, Koweït, Libye, Oman, Qatar et Yémen) devrait tomber aux environs de 3% cette année. Dans l’ensemble, un surcroît d’offre de pétrole de l’Irak et de la Libye devrait plus que compenser une baisse des exportations de pétrole de l’Iran, tandis que la baisse de la demande nette d’exportations d’Arabie saoudite devrait entraîner une légère réduction de la production. En conséquence, le PIB hydrocarbures agrégé et les volumes des exportations devraient stagner en 2013. Par ailleurs, le bas niveau des taux d’intérêt mondiaux, les politiques budgétaires accommodantes de certains pays et les dépenses de consommation des salaires du secteur public contribueront à une croissance d’environ 4% de l’économie non pétrolière. A moyen terme, la hausse des coûts de sécurité et un climat d’investissement moins attrayant pourraient freiner l’expansion de l’offre d’hydrocarbures. Parmi les risques à long terme qui pèsent sur les prix des hydrocarbures figure la reproduction de la révolution américaine de l’huile de schiste dans d’autres parties du monde.
• Pays importateurs de pétrole:
En 2013, la croissance dans les pays importateurs de pétrole de la région  (hors Syrie) - Afghanistan, Djibouti, Egypte, Jordanie, Liban, Maroc, Mauritanie, Pakistan, Soudan et Tunisie - devrait aussi atteindre 3%. Une accélération de l’inflation est attendue en Egypte, en Jordanie, au Maroc et en Tunisie, du fait des réductions récentes et anticipées des subventions, ainsi que, dans certains cas, de la monétisation des déficits budgétaires et des goulets d’étranglement de l’offre. Pour le Maroc, le FMI prévoit une croissance de 4,5% en 2013 et 4,8% en 2014 (voir aussi notre édition N° 4033 du 17/05/2013, Chômage: Les mises en garde du FMI). Dans les autres pays, la modération de la demande intérieure et la baisse des prix de certains produits alimentaires pourraient atténuer l’inflation. Même lorsque la reprise économique contribue aux recettes, une augmentation du déficit budgétaire est prévue dans les pays qui n’ont pas encore pris de mesures pour accroître leurs recettes et maîtriser les dépenses consacrées aux salaires et aux subventions, selon le FMI.

Rééquilibrage budgétaire

Avec des déficits budgétaires élevés et une réduction des amortisseurs des réserves internationales, nombre de pays importateurs de pétrole doivent faire des choix difficiles indique le FMI. Un rééquilibrage budgétaire draconien s’impose pour favoriser la croissance et maintenir l’équilibre social  dans un contexte d’assouplissement accru du taux de change. Ces experts recommandent notamment : une plus grande intégration commerciale, la réglementation des affaires et les réformes de la gouvernance outre l’amélioration de l’accès au financement et une réforme des finances publiques.

F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc