×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Marina de Casablanca
    Un nouveau centre d'affaires dès juillet

    Par L'Economiste | Edition N°:4036 Le 22/05/2013 | Partager
    Une dizaine d’entreprises nationales et multinationales y seront installées
    Neuf tours de bureaux d’une capacité de 7.000 employés
    Une offre enfin adaptée à la demande

    Un nouveau quartier d’affaires est né à Casablanca, plus précisément à la marina. Une dizaine d’entreprises nationales et multinationales, opérant dans divers secteurs tels que l’industrie pharmaceutique, l’énergie, le conseil, la finance et la communication, s’installeront dès juillet prochain dans des bureaux flambant neufs et ultramodernes. Une date qui marquera ainsi le début des livraisons relatives au méga-projet «Casablanca Marina». Dès leur installation, les futurs occupants pourront profiter de places de parkings en sous-sol ainsi que des parkings publics d’une capacité de 750 places pour leurs visiteurs. Pour leur offrir un cadre professionnel confortable, l’aménageur mettra à leur disposition d’autres aménagements extérieurs et commodités (places publiques, mobilier urbain, sécurité, animation, etc.).
    Le nombre des entreprises qui s’installeront dans ce site devrait croître encore dans les mois à venir pour atteindre à terme 7.000 employés, selon le management de Al Manar Development Company. La filiale de la Compagnie générale immobilière (CGI) ne peut être que satisfaite devant l’engouement que connaît son projet, alors que le chantier n’est pas totalement achevé. Les travaux de construction de la composante bureaux, visible depuis le boulevard des Almohades, ont démarré en 2009 et se poursuivront jusqu’à 2014. Le futur quartier des affaires de Casablanca sera composé de huit tours de bureaux, de 5 à 14 étages, occupant une surface globale de 107.000 m2 Shon (surface hors œuvre nette). Cinq tours sont aujourd’hui en cours de finition et l’aménagement des plateaux à l’étage est quasiment achevé. La livraison de trois autres immeubles est prévue en octobre prochain puis en mars 2014. «La commercialisation se déroule à bon rythme et conformément à nos prévisions», indique M’hammed El Merini, directeur général de Al Manar Development Company. En effet, 26% de l’offre mise sur le marché par le promoteur sont sous forme de contrats signés ou en phase finale de négociations avec de grandes entreprises. Une partie est actuellement en discussions préliminaires avec une dizaine d’autres groupes. «La demande émane principalement d'entreprises multinationales qui exigent le respect des normes de sécurité, de grandes entreprises nationales et de PME opérant dans des secteurs aussi diversifiés que les finances, la communication, le conseil, l’industrie pharmaceutique et l’énergie», souligne El Merini. Les tours de bureaux sont commercialisées en blocs ou par plateaux d’une superficie minimale de 350 m2. Le prix de vente varie entre 27.000 et 30.000 DH le m2, alors que la location est proposée entre 190 et 220 DH le m2.

    Une société de gestion
    professionnelle se
    chargera des prestations
    de sécurité, de nettoyage et
    de maintenance technique

    Une neuvième tour de 100 mètres est aussi prévue. Atlantic Tower, telle qu’elle a été baptisée, sera la plus haute du Royaume et abritera un business center. L’ouvrage est toujours en cours d’études, sa livraison est prévue en 2015.
    L’offre immobilière pour l’entreprise proposée par Al Manar accroîtra, sans nul doute, les stocks des plateaux de bureaux de la métropole et répondra surtout à une demande devenue plus exigeante quant à la qualité des constructions et aux superficies. «A la différence de la concurrence, les plateaux de la marina sont totalement aménagés avec de faux plafonds, des planchers techniques, une peinture, une climatisation centralisée, etc.», précise le promoteur. Conçus par des architectes de renom, les bureaux sont en effet prêts à l’emploi. Ils offrent des espaces de travail modulables entièrement équipés, alliant modernité, technologie et respect de l’environnement. Pour le confort et la performance, Al Manar aménagera des services complémentaires dédiés entièrement aux employés. Il s’agit d’un auditorium, d’une salle de sport, d’une banque, d’une pharmacie, de crèches, de restaurants, de commerces, ainsi que des balades piétonnes. Des batteries d’ascenseurs desserviront l’ensemble des niveaux des immeubles qui seront aussi dotés de sanitaires et de locaux techniques. Des équipements de protection contre les incendies, plusieurs cages d’escaliers de secours et un système de vidéosurveillance seront aussi mis en place pour garantir une sécurité optimale des occupants. C’est une société de gestion professionnelle qui sera en charge des prestations de sécurité, de nettoyage et de maintenance technique des bâtiments de bureaux. Elle veillera aussi à l’entretien des places publiques, des parkings, du mobilier urbain et des espaces verts.

    Techniques innovantes

    La nouvelle adresse d’affaires, en cours de mise en œuvre à Casablanca, offre des plateaux de bureaux «nouvelle génération», dotés d’infrastructures technologiques très avancées. Le béton utilisé, par exemple, dans la construction a des caractéristiques durables. Sa composition est renforcée par l'ajout de particules ultra fines de fumée de silice, d'adjuvants de 3e génération et l'utilisation d'un ciment spécial. Le but est de diminuer la porosité du béton de manière à réduire considérablement le risque de pénétration d'agents agressifs et corrosifs contenus dans l'embrun marin jusqu'aux aciers. Les bâtiments construits avec ce type de béton ont ainsi une durée de vie qui peut dépasser le double de la normale, même dans un environnement potentiellement agressif. Le promoteur a aussi opté pour des dalles post-contraintes, conçues de manière à transmettre directement les charges aux poteaux sans l'intermédiaire de poutres, offrant la possibilité d'avoir des portées très importantes. L’intérêt concret de cette technique est de supprimer les poutres qui se révèlent visuellement «dérangeantes».

    Bouchra SABIB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc