×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Politique

Majorité/PI: Le divorce est consommé

Par L'Economiste | Edition N°:4034 Le 20/05/2013 | Partager
«Nous sommes sortants»: Hamid Chabat insiste sur le retrait du PI
Un autre gouvernement serait formé après la remise du mémorandum

- L’Economiste: L’opinion publique  a toujours du mal à saisir… Faites-vous partie de la majorité ou de l’opposition?
- Hamid Chabat: La décision que nous avons prise est le retrait. Aujourd’hui, nous entamons une tournée nationale dans différentes régions pour expliquer aux militants, pourquoi nous sommes arrivés à une telle décision. Le mémorandum que nous allons adresser au Souverain est en cours d’élaboration. Le but est de réussir cette expérience gouvernementale, car nous avons un devoir envers les Marocains et sommes conscients que le pays est considéré comme un modèle à l’échelle du monde arabe et de l’Afrique. Malheureusement, une année et demie après l’accession de l’actuelle équipe, pas de réel changement. Bien au contraire, il n’y a eu que des augmentations d’impôts visant la classe moyenne, une hausse des prix, et une chute du pouvoir d’achat. Notre repli est destiné à lancer un débat national sur la gouvernance et sur la participation des partis politiques, dans le gouvernement et particulièrement celle de l’Istiqlal. Nos conditions sont claires, il faut appliquer les programmes électoraux.
- Pourquoi votre parti est-il considéré comme un agitateur?
- Le chef du gouvernement pense que certains piétinent le travail gouvernemental. La réponse est claire: le PI ne s’est jamais opposé à un projet qui serait en faveur du peuple marocain. Notre parti a joué son rôle, à savoir lutter contre la hausse des prix et militer pour l’emploi des diplômés chômeurs et surtout les signataires du PV du 20 juillet 2011. Nous portons ce dossier à bras-le-corps car il s’agit d’un pacte légitime issu d’une volonté royale et signé, grâce à l’intervention du CNDH , par l’ancien gouvernement. Ce PV a été avalisé avant la sortie de la nouvelle loi qui régit les concours d’embauche en décembre 2011. Il doit être appliqué car s’inscrit dans le cadre de la continuité de l’administration et du gouvernement. Et si l’actuel gouvernement prône la scission avec l’équipe précédente, le PI lui laisse le champ libre pour gérer la chose publique à sa manière. Pourvu qu’il prenne les bonnes décisions.
- Si votre divorce est donc officiel, pourquoi avoir eu recours à l’article 42?
- Nous sommes sortants et notre décision est mise en œuvre. Si nous avons fait appel à l’art. 42 de la Constitution, c’est parce que nous considérons que jusqu’à aujourd’hui, ce gouvernement n’a fait que traiter des affaires courantes sans véritable projet de développement. Et il continuera à en faire autant jusqu’à l’élaboration de notre mémorandum. Ensuite, il y aura des négociations pour réaliser un programme concret pour sortir le pays de la crise, qui est l’aboutissement de décisions unilatérales et que nous aurions pu éviter si seulement nous avions été écoutés. Le PI dispose d’un programme concret mais qui, malheureusement, n’a pas été discuté au niveau de la majorité.
- A quand les négociations pour former le nouveau gouvernement?
- Les négociations démarreront dès la remise du mémorandum à l’Institution royale. Nous avons respecté l’art. 47 de la Constitution dans le mémorandum adressé au chef de la majorité le 3 janvier 2013 mais il n’a pas tranché. Et nous l’avons attendu durant plus de 4 mois, mais en vain. Nous nous sommes alors orientés vers le Roi, et la réponse a été immédiate.


Propos recueillis par Y. S. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc