×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    La poésie amazighe, vedette du festival Founoun

    Par L'Economiste | Edition N°:4027 Le 09/05/2013 | Partager
    La quatrième édition du 16 au 18 mai à Agadir
    L’illustre poète Adonis, invité d’honneur de la rencontre

    Organisé sous le thème de la transhumance, l’événement réunira une trentaine de poètes de plusieurs pays. Il est question de présenter la poésie dans sa diversité, souligne Leila Errhouni, présidente de l’association Forum Founoun pour la création et la culture et directrice du festival

    Durant trois jours (du 16 au 18 mai), la station balnéaire d’Agadir sera la capitale internationale de la poésie. Et ce, à l’occasion de la quatrième édition du festival Founoun. En 2011, la rencontre avait été particulièrement marquée par le spectacle «l’œil du cœur» avec à l’affiche Abdellatif Laâbi, Driss El Maloumi et Naziha Meftah. Une œuvre construite autour de l’univers poétique d’Abdellatif Laâbi, qui avait littéralement subjugué l’auditoire. Cette année, l’association Forum Founoun pour la création et la culture, initiatrice de l’événement, promet aussi émerveillement avec le célèbre poète syrien Ali Ahmed Said, plus connu sous le nom d’Adonis. Il sera l’invité d’honneur de l’édition 2013. L’homme de lettres donnera le coup d’envoi officiel de la rencontre le 16 mai avec un récital de poésie.
    Pour Leila Errhouni, présidente de l’association et directrice du festival, la présence de cet illustre poète dénote de la place qu’occupe désormais cet événement dans le champ poétique national et international. Organisé sous le thème de la transhumance, l’événement réunira également une trentaine de poètes de toutes les régions du royaume et de plusieurs pays. Il est question de présenter la poésie dans sa diversité linguistique et sa richesse thématique, mais aussi dans ses différentes expressions, styles et variantes à travers les siècles. Ceci de manière à revisiter l’histoire de la poésie marocaine pour réhabiliter et revaloriser le patrimoine en la matière.  A ce sujet, Leila Errhouni souligne que la poésie judéo-marocaine a transhumé sous d’autres cieux en emportant une  partie du patrimoine  poétique marocain. De son côté, la poésie malhoun a voyagé à travers les siècles.
    Pour sa part, la poésie andalouse a développé au Maroc des sonorités locales et une thématique appropriée aux champs socioculturels locaux, est-il indiqué.
    Quant à la poésie amazighe qui se décline en trois variantes (tachelhit, tamazight, tarifit), elle recèle un patrimoine inestimable tout autant que la poésie hassanie qui reste encore à découvrir. Toute cette richesse culturelle cependant, bien qu’ancrée dans l’histoire du Maroc, a été qualifiée de poésie orale. Elle a souffert de l’indifférence des académiciens.
    C’est là aujourd’hui tout l’intérêt de la mise en place de cette association Forum Founoun qui tend depuis sa création à introduire l’enseignement des poésies marocaines dans les écoles. L’objectif est de les faire connaître à tous comme partie intégrante du patrimoine littéraire marocain et universel.


    M. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc