×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Fès/tourisme: Une reprise à deux chiffres

Par L'Economiste | Edition N°:4027 Le 09/05/2013 | Partager
Hausse des arrivées et des nuitées pour le premier trimestre
Séjour royal, Siam, festivals… les raisons de la bonne mine

Pour Aziz Lebbar, président du CRT-Fès, le Maroc, jouissant d’un climat de sérénité, s’en sort mieux en matière de tourisme. Il faut orienter les touristes qui boudent les destinations à risque comme l’Egypte et la Tunisie vers notre pays et Fès en particulier

DURANT les trois derniers mois, la ville de Fès a fait le plein en matière de visiteurs. En effet, la ville a vu s’enchaîner plusieurs événements qui ont fait que les taux d’occupation dans les hôtels ont été nettement supérieurs à ceux de nombreuses destinations du Royaume (+50%). Outre le séjour royal, le Salon international de l’agriculture du Maroc (Siam) a profité pleinement aux hôteliers de la ville à tel point que certains hôtels refusaient les clients de la dernière minute. «Nous affichons complet et nombre de nos visiteurs ont été orientés vers d’autres établissements dont notamment les maisons d’hôtes», révèle Karim Mikdam, directeur de l’hôtel Palais Médina & Spa. Même son de cloche auprès du Royal Mirage ou encore le Zalagh Parc Palace qui affichaient des taux supérieurs à la moyenne. A noter que la clientèle chic s’oriente toujours vers le Palais Jamai. Dans ce dernier, Jolanda Sadni Ziane, directrice du Sofitel, est omniprésente. Communication, marketing, et prestation… son trio gagnant. Cette amoureuse de la capitale spirituelle invite les touristes à «embarquer dans son palais pour un magnifique voyage dans l'histoire et la riche culture de la médina». D’ailleurs, son hôtel ne connaît pas de crise. Pour l’ensemble des établissements de la ville, l’activité touristique reprend. C’est en tout cas ce qui ressort des dernières statistiques du ministère de tutelle. Ainsi, le nombre de nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement touristique classés a enregistré une hausse de 38% en mars 2013 par rapport au même mois de l’année précédente. Le rapport du département de Haddad ajoute que le taux d’occupation (39%) affiche une augmentation de 8% comparativement à la même période de 2012. Ainsi, la ville a enregistré quelque 164.559 nuitées et un taux d’occupation de 30% durant le premier trimestre 2013. Ceci sans compter les séjours dans les unités hôtelières non classées ou en cours de classement. En détail, les catégories d’hôtels classés 3, 4 et 5 étoiles cumulent presque 85% des nuitées totales enregistrées à Fès au cours de mars. Selon le rapport du ministère, presque la majorité des destinations du Royaume ont profité, à des degrés divers, de la progression de la fréquentation hôtelière. En termes de fréquentation des chambres, le taux d’occupation a enregistré une hausse de cinq points par rapport au même mois de l’année dernière, il a atteint 43% en ce mois de mars 2013. En termes de nuitées, Fès tire son épingle du jeu et s’aligne sur les villes ayant réalisé une croissance à deux chiffres (+16%) depuis le début de l’année.
Pour Aziz Lebbar, président du Conseil régional du tourisme (CRT), «la reprise du secteur touristique au Maroc s’explique principalement par le  climat de sérénité et la stabilité politique dont il jouit. Ainsi, les consommateurs de voyages ne font plus d’amalgame avec les autres destinations à risque: l’Egypte et la Tunisie». Pour Fès, Lebbar insiste sur «l’image de la ville qui s’est construite grâce à un travail de fond mené lors des foires et salons». «Outre les multiples campagnes de promotion initiées par les professionnels, la charge culturelle et historique reste un élément fort de notre produit, différenciateur, riche et ancestral incarné par notre musée vivant qu’est la médina», explique le président du CRT. En outre, Fès doit renforcer le volet «animation». Si la ville a vibré au rythme de la culture soufie en avril dernier drainant des centaines de mélomanes et d’artistes, pour mai, l’activité est calme. «Mais elle devra reprendre dès la première semaine de juin avec le festival des Musiques sacrées du monde». De l’avis de l’ensemble des acteurs, ce festival a toujours eu un impact positif sur l’animation, mais aussi d’importantes retombées sur l’économie. L’événement qui célèbre cette année sa 19e édition a affirmé sa position parmi les manifestations les plus prisées par une clientèle internationale. Il attire annuellement des milliers de touristes étrangers.

Une base arrière

Depuis le 26 avril, Fès est devenue la première base arrière de la compagnie «Raynair» en dehors de l'Europe. La compagnie low cost irlandaise a célébré l’événement en inaugurant une nouvelle liaison aérienne Saint-Etienne-Fès-Nantes. Cette nouvelle desserte est désormais effectuée deux fois par semaine. Rappelons que plus de 700.000 passagers ont transité par cet aéroport en 2012. Pour 2013, ses dirigeants tablent sur un trafic de 950.000 passagers. A noter que Fès est desservie actuellement par sept compagnies aériennes.

De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc