×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Les Cahiers de l'Émergence

    Logistique: La stratégie enfin enclenchée

    Par L'Economiste | Edition N°:4025 Le 07/05/2013 | Partager
    L’agence dédiée tient son premier conseil d’administration
    La réunion marquera le démarrage effectif de la feuille de route
    Signature de trois programmes d’application d’ici juin

    L’Agence marocaine pour le développement de la logistique vient de lancer les études de faisabilité de la zone multi-flux de Zenata, qui s’étendra sur 323 ha. Etudes financées par la Banque européenne d’investissement (BEI)

    L’Agence marocaine pour le développement de la logistique (AMDL) tient enfin, le lundi 13 mai, son premier conseil d’administration. Une structure composée, côté privé, par Miriem Bensalah Chaqroun, Mohamed Talal, Abdelilah Hifdi, Fadel Agoumi et, côté public, par les représentants de plusieurs départements ministériels. A l’instar de tous les établissements publics relevant de sa tutelle, le conseil d’administration de l’AMDL est présidé par Aziz Rebbah, ministre de l’Equipement et du Transport.
    Parmi les points inscrits à l’ordre du jour du conseil d’administration de l’agence, figurent la validation de l’organigramme, l’approbation du budget, fixé à 50 millions de dirhams, ainsi que d’autres questions relatives aux différents chantiers de la stratégie logistique. Au terme de la réunion, la composition de l’Observatoire marocain de la compétitivité logistique (OMCL), piloté par un comité privé-public, sera fixée. La future entité sera présidée à titre bénévole par un opérateur privé, dont le nom reste à valider et aura pour mission d’assurer la veille, la mesure et le suivi de la performance des services logistiques.
    Le conseil d’administration marquera l’opérationnalisation effective de l’AMDL, qui devra enfin lancer les différents chantiers inscrits dans la stratégie logistique. Les opérateurs logisticiens nationaux attendent depuis deux ans la concrétisation du premier contrat d’application relatif à la zone logistique Zenata, dont la superficie s’élève à 323 ha. Des réunions ont eu lieu au cours du mois d’avril avec les dirigeants de la Banque européenne d’investissement (BEI), qui financera les études de réalisation. En attendant la construction de la zone logistique de Zenata, la SNTL a déjà construit la première tranche de sa plateforme de 14 ha, qui se décline en 7 bâtiments de 6.000 m2 chacun. La deuxième, de même taille, devrait être livrée avant fin 2013. En principe, la deuxième tranche SNTL sera mise en location auprès des opérateurs privés tels que les petits logisticiens, les transporteurs ou encore les freight-forwarders. Aucun attributaire ne pourra s’adjuger plus d’un bâtiment. Les appels d’offres sont presque finalisés et devraient être lancés dans quelques jours. Mais ils suscitent d’ores et déjà l’ire des logisticiens privés. La SNTL, qui a construit les bâtiments, avait créé une joint-venture avec Daemco pour gérer la première tranche de son parc logistique, qui s’étend sur une superficie globale de 42.000 m2. «Nous réclamons la possibilité de louer les bâtiments dans les mêmes conditions de franchise et de tarif que la SNTL Daemco», déclare Mohamed Talal, président de la Commission logistique de la CGEM. Après la signature du contrat de location, le compteur commencera à tourner. Ainsi, l’attributaire devra verser au minimum 420.000 dirhams HT par mois même s’il ne trouve pas preneur. C’est la raison pour laquelle les opérateurs privés réclament l’application d’un prix de location de 45 dirhams/m2 par mois au lieu de 60 dirhams ainsi qu’un délai de grâce en attendant de placer les locaux auprès des opérateurs économiques.
    Après la signature du contrat d’application du Grand Casablanca, le gouvernement devrait signer d’ici juin d’autres feuilles de route. Les plus avancées concernent la formation, le commerce extérieur et trois régions: Rabat-Kénitra, Tanger-Tétouan et Souss-Massa-Draâ (Agadir).

    Des chantiers en retard

    La zone logistique de Zenata devra être reliée au port via une voie express, dont la partie maritime (4,3 km) est en construction, pour un coût total de 700 millions de dirhams. Le tronçon maritime de la voie express sera livré en 2015. Quant à la partie terrestre, qui est la plus longue (plus de 20 km), il semble qu’elle pose encore problème. Contrairement à la partie maritime, plusieurs intervenants seront mis à contribution dans la réalisation du tronçon terrestre. C’est d’ailleurs ce qui explique le retard enregistré dans sa construction. Les études de faisabilité ainsi que le montage financier n’ont toujours pas été bouclés. Il reste également à finaliser les études techniques relatives à la 3e voie ferroviaire qui reliera la zone logistique multi-flux Zenata au port de Casablanca.

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc