Politique Internationale

Israël frappe encore la Syrie

Par L'Economiste | Edition N°:4024 Le 06/05/2013 | Partager
Des cargaisons de missiles visées pour la 2e fois
L’Iran prêt à «entraîner» l’armée syrienne

Israël a lancé hier une attaque contre un centre de recherches scientifiques près de Damas, la deuxième en trois jours menée par l’Etat hébreu qui voulait empêcher un transfert d’armes au Hezbollah libanais

Deux raids en trois jours. Israël n’a ménagé aucun effort, en fin de semaine dernière, pour attaquer la Syrie. L’Etat hébreu a effectué un raid aérien, dans la nuit de samedi à dimanche, contre un centre de recherches scientifiques près de Damas. «L’attaque visait des missiles iraniens destinés au mouvement chiite libanais, le Hezbollah», a confirmé à la presse un haut responsable israélien sous couvert de l’anonymat. «La cible était des bâtiments situés à Jamraya dans la banlieue nord-ouest de la capitale syrienne, tout près du site d’une frappe aérienne que l’Etat hébreu avait implicitement confirmée en janvier», a ajouté ce responsable qui a aussi affirmé qu’Israël avait mené un autre raid aérien vendredi 3 mai contre des armes destinées au Hezbollah. «La série de frappes, accompagnées par de puissantes explosions doublées de colonnes de feu dans le ciel, a visé des réserves de missiles Fateh-110 qui étaient transportées de l’Iran vers le Hezbollah», a expliqué une source occidentale.
Allusion faite au puissant groupe chiite allié du régime de Bachar al-Assad dont les troupes sont en guerre contre les rebelles depuis plus de deux ans. Auparavant, la télévision publique syrienne avait indiqué que ces explosions avaient été provoquées par des tirs de roquettes israéliennes contre le centre de recherches militaires de Jamraya, situé au nord de la capitale et déjà touché par une frappe israélienne fin janvier. «L’agression israélienne vise à desserrer l’étau sur les terroristes dans la Ghouta de l’Est (une région dans la banlieue proche de Damas)», avait dénoncé la télévision locale.
L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), proche de l’opposition, rapporte, pour sa part, des récits de témoins affirmant avoir vu des avions dans le ciel au moment des explosions. Selon cette ONG, «la puissance de l’attaque dépasse les capacités militaires des rebelles». Sur une vidéo d’une explosion, mise en ligne dans la nuit de samedi à dimanche par des activistes syriens, on voit bien une boule de feu se former aux abords de Damas. De son côté, l’Iran s’est dit prêt à «entraîner» l’armée syrienne en cas de besoin. «Nous sommes aux côtés de la Syrie et s’il y a besoin, nous sommes prêts à lui fournir l’entraînement nécessaire, mais nous ne participerons pas activement à ses opérations», a déclaré Ahmad-Reza Pourdastan, commandant de l’armée de terre iranienne. Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, a, par ailleurs, condamné l’attaque du régime sioniste et demandé aux pays de la région de réagir avec sagesse à ces agressions. «Israël cherche à créer l’instabilité et l’insécurité dans la région, en provoquant des conflits à caractère ethnique et religieux», a accusé Mehmanparast.


B. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc