×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oriental
    Bientôt des plans d’aménagement pour 5 villes

    Par L'Economiste | Edition N°:4024 Le 06/05/2013 | Partager
    Oujda, Taourirt, Bouarfa, Berkane et Jerada concernées
    Oujda déclarée ville sans bidonvilles
    L’Agence urbaine de Oujda certifiée ISO

    Dans le cadre du renouvellement urbain de Oujda le projet Urbapole qui s’étale sur 50 ha a pour objectif de doter la ville d’un projet intégré, susceptible de marquer le début d’une nouvelle dynamique urbaine de qualité

    L’Agence urbaine de Oujda (AUO), qui vient de décrocher sa certification ISO 9001 version 2008, met les bouchées doubles. Son engagement dans le numérique et la dématérialisation de l’instruction des dossiers, pour satisfaire investisseurs nationaux et étrangers, a permis une meilleure gestion de la proximité. Aussi accompagne-t-elle la montée en charge des grands projets d’investissement qui s’orientent aujourd’hui vers l’Oriental, tout en assurant la couverture en documents urbanistiques de l’ensemble des villes de la région. Une nécessité absolue au regard de l’essor que prend la région. Après Oujda qui disposera de son nouveau schéma directeur dans quelques semaines, ce sera au tour à 4 autres villes, à savoir Taourirt, Bouarfa, Berkane et Jerada, de bénéficier d’un nouveau plan d’aménagement. La boucle sera bouclée avec les villes stratégiques et culturelles. Ainsi Saïdia aura son plan d’aménagement au cours de cette année. En perspective ceux de Figuig et Debdou pour une valorisation de leurs atouts historiques et culturels.
    Par ailleurs, Oujda a été déclarée en mars 2013 ville sans bidonvilles. Un gage réconfortant pour une métropole de quelque 500.000 âmes et qui pourrait faire de cet argument un nouvel avantage compétitif. «La politique de la ville n’est pas seulement une enveloppe budgétaire, mais un projet partenarial et fédérateur de tous les acteurs afin d’avoir une vision commune des actions à entreprendre pour faire émerger un pôle économique compétitif», a déclaré à L’Economiste Said Lehbil, directeur de l’Agence urbaine de Oujda. Dans cette perspective l’AUO compte lancer, en 2013, 33 documents d’urbanisme, répartis entre 11 communes urbaines et 22 communes rurales avec un coût global de 29,3 millions de DH. 77% de ces documents seront réalisés par les moyens humains et financiers propres de l’Agence sans faire appel aux bureaux d’études. L’Agence a ainsi procédé à l’étude de 10.006 dossiers d’investissement et la réalisation de 1.200 notes de renseignements en 2012 dont l’examen montre une baisse dans le secteur du bâtiment, précise-t- on auprès de l’AUO.
    Sur le plan de l’habitat social, l’année 2012 a enregistré l’approbation de 27 projets de logements sociaux à 250.000 DH pour la réalisation de 10.477 unités, de même le programme de logement à faible VIT à 140.000 DH a concerné deux projets qui ont été approuvés et qui vont produire 1.570 unités. Le montant global du budget de l’Agence urbaine de Oujda au titre de la même année s’élève à 36,4 millions de DH, alors que le budget prévisionnel pour 2013 est de 47,2 millions de DH.

    De notre correspondant,  Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc