×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Europe

    Crise: L’UE se réveille de sa torpeur

    Par L'Economiste | Edition N°:4024 Le 06/05/2013 | Partager
    Croissance du PIB dans la zone euro: -0,4% en 2013 et 1,2% en 2014
    La demande extérieure, principal catalyseur de cette évolution

    L’Europe se remet de la crise, lentement mais sûrement. C’est du moins ce qu’estime la Commission européenne, sur la base des projections de croissance. Ainsi, l’économie de l’UE devrait se stabiliser en 2013, avant d’entamer son décollage en 2014. Cette année, la croissance annuelle du PIB devrait stationner à -0.1% dans l’ensemble de l’Union, et à -0,4% dans la zone euro. L’année suivante, l’activité économique devrait croître jusqu’à 1,4% dans l’UE, et 1,2% dans la zone euro.
    Effet post-crise oblige, c’est bien la demande extérieure qui sera le catalyseur de cette évolution, et non pas la demande intérieure. Au même titre que l’investissement intérieur, la demande intérieure est freinée par l’ajustement des bilans en cours, les contraintes imposées par la conjoncture sur l’offre de crédits dans plusieurs pays de l’Union, les faibles bénéfices et revenus attendus et le climat incertain qui pèse sur les perspectives économiques. D’autant plus que l’amélioration de la situation des marchés et les baisses des taux d’intérêts appliqués par les Etats européens ne se sont pas encore transmises à l’économie réelle.
    Par ailleurs, l’un des premiers freins à l’expansion de la demande intérieure ne sera pas corrigé aussi vite que souhaité. La reprise économique ne sera pas suffisamment rapide pour éponger le chômage, qui devrait atteindre, en 2013, 11% dans l’ensemble de l’UE et 12% dans la zone euro, avant de se stabiliser vers ces eaux-là en 2014.
    L’inflation des prix à la consommation, quant à elle, continue à décélérer lentement, soufflant une brise favorable à la consommation et donc à la croissance. Elle s’établira respectivement dans l’ensemble de l’UE et dans la zone euro à 1,8 et 1,6% cette année. En 2014, ces chiffres devraient poursuivre leur tendance baissière, pour atteindre, respectivement, 1,7 et 1,5%.


    Rime AIT EL HAJ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc