×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Liquidités: Le besoin des banques s’intensifie

Par L'Economiste | Edition N°:4023 Le 03/05/2013 | Partager
Les levées du Trésor aussi
BAM maintient ses interventions sur le marché à un niveau élevé

L'encours des bons du Trésor émis par adjudication s'est apprécié de 5,3% pour s'établir à 375,7 milliards de DH à fin mars 2013

Pas de répit en vue pour le déficit de liquidité bancaire. Après s’être résorbé au cours du dernier trimestre 2012 sous l’effet de l’encaissement de 1,5 milliard de dollars de l’emprunt obligataire international et de la réduction de la réserve obligatoire à 4%, le besoin de liquidité continue son creusement au premier trimestre 2013 à plus de 65 milliards de DH. «Les souscriptions bancaires aux adjudications des bons du Trésor et à l’encaissement de l’acompte de l’impôt sur les sociétés sont les principaux déclencheurs du déficit», fait savoir un professionnel. A cela s’ajoutent les avoirs extérieurs nets qui ont poursuivi leur baisse avec un taux de 11,8% après un repli de 14,8% en mars 2012.
Pour faire face, Bank Al-Maghrib maintient ses interventions régulières sur le marché monétaire via les avances à 7 jours sur appels d’offres, dont le volume moyen a atteint environ 50 milliards de DH contre près de 56 milliards au quatrième trimestre 2012. La Banque centrale est également intervenue à travers les opérations de pension livrée sur 3 mois, dont l’encours a atteint 19 milliards de DH (4 milliards sous forme de prêts garantis). Dans ce sillage, la moyenne trimestrielle du taux interbancaire moyen pondéré au jour le jour s’est inscrite en baisse de 10 points de base par rapport au trimestre précédent pour s’établir à 3,07%.
Dans ce contexte de rareté des ressources marqué par la baisse de 12,5% des titres d’OPCVM monétaires et le ralentissement des rythmes de progression de la monnaie fiduciaire à 3,8% et des dépôts à vue auprès des banques à 1,5%, le Trésor poursuit ses levées sur le marché des adjudications. Au terme du premier trimestre 2013, les levées brutes du Trésor se sont appréciées de 40,2% en un an pour atteindre un niveau record de 45,9 milliards de DH. Au niveau de la structure, ces levées ont été marquées par la poursuite du renforcement de la part des maturités à court terme qui bondissent de 63,4%. En revanche, la part des maturités à moyen et long terme a poursuivi son repli en passant respectivement à 32,1 et 4,6%.
Si les levées ont explosé, les remboursements, pour leur part, ont baissé de 2,6% à 26,9 milliards de DH. Compte tenu de ces évolutions, l'encours des bons du Trésor émis par adjudication s'est apprécié de 5,3% pour s'établir à 375,7 milliards de DH à fin mars 2013.


A. C. avec M. A. B.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc